Le château de Schengen cache une tour qui date du XIIIe siècle mais ce n'est pas tout. Il renferme surtout beaucoup d'histoire.

Le château de Schengen est apparu pour la première fois dans des écrits en 1350. Passé entre les mains de plusieurs propriétaires, le site a été repris par l'industriel Jean-Nicolas Zollamt.

Sous sa tutelle, une grande partie du château a été détruite en 1812 pour laisser place au bâtiment que l'on connaît aujourd'hui. Une construction qui correspond plus à la définition d'une maison de maître qu'à celle d'un château.

En 1939, la congrégation des Sœurs Sainte Elisabeth s'y est installée et en a fait un lieu de vacances et un centre de conférence. Quelques 70 années plus tard, un hôtel a ouvert au sein du château avant de refermer ses portes en 2014.

De l'enceinte moyenâgeuse, il ne reste aujourd'hui qu'une tour du XIIIe siècle qui a depuis été introduite à la liste des monuments historiques du pays.

Le château de Schengen, ses 5.000 m2 et son terrain de 1,3 hectare appartient depuis 2016 à un homme d'affaires luxembourgeois.

LA SÉRIE "ENDROITS CACHÉS"

Depuis plusieurs semaines, nous vous dévoilons la face cachée de différents sites du Luxembourg. Des lieux en mutation, qui vont être détruits ou qui ne sont plus accessibles au public.

1) L'agrocenter de Mersch

2) L'ancien zoo de Senningen

3) La piscine du moulin de Gantenbein

4) La cité Syrdall

5) Le ciné Ariston 

6) Le centre Aldringen 

7) Le musée de la police

8) Le cimetière des véhicules de pompiers 

9) L'ancienne usine d'ArcelorMittal

10) Le château de Birtrange

11) Le moulin Deisermillen à Grevenmacher

12) L'ancienne brasserie à Diekirch