Le classement ILGA-Europe, qui fête ses 10 ans, a analysé les lois et les politiques régissant les personnes LGBT+ dans 49 pays européens au cours des 12 derniers mois.

ILGA-Europe (International Lesbian and Gay Association) édite chaque année un index juridique de l’égalité LGBT+ qui donne aperçu du climat social pour les personnes LGBT+ en Europe et de la situation des droits humains des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexuées.

Luxembourg se classe en troisième position, avec 70,4%, derrière Malte (90,3%) et la Belgique (73,1%).

L'index regroupe plusieurs dizaines de critères depuis l'égalité, les problèmes familiaux et le discours de haine jusqu'à la reconnaissance juridique du genre, la liberté d'expression et les droits d'asile. Les classements sont basés sur l'impact des lois et des politiques de chaque pays sur la vie des personnes LGBTI. Ces mesures ont été utilisées pour la première fois par ILGA-Europe en 2009 et ont été étendues depuis.

© Rainbow Europe

L'Azerbaïdjan n'a obtenu que 3% sur une échelle où zéro indique des violations flagrantes des droits de l'homme et 100% représente le plus haut degré d'égalité devant la loi, selon Rainbow Europe, un outil de mesure créé par ILGA-Europe.

L'ancienne république soviétique - hôte du concours Eurovision de la chanson de 2012 - n'a gagné des points que dans trois des 69 catégories individuelles, qui couvrent des domaines tels que le droit du travail et l'égalité de mariage.

Une comparaison directe avec les résultats de l'année dernière n'est pas possible car ILGA-Europe a modifié le nombre total de catégories afin de donner plus de poids aux lois et politiques couvrant la société civile et l'asile.

Toutefois, les pays qui se sont bien classés cette année, dont Malte, Luxembourg et Finlande (quatrième), se classent aux premiers rangs, ont comblé les lacunes en matière de droits transgenres et intersexués, a déclaré Evelyne Paradis, directrice exécutive d'ILGA-Europe.

Indépendamment du recalibrage, "les pays qui continuent à très bien réussir et à remonter sont ceux qui (...) ont compris il y a longtemps que l'agenda ne comprenait pas seulement l'égalité des mariages", a déclaré Paradis à la Fondation Thomson Reuters.

L'Allemagne, la France et la Norvège ont également vu leurs scores diminuer au cours des 12 derniers mois.