Les édiles de Differdange n’ont pas tranché la question de la démolition de l’hôpital Princesse Marie-Astrid.

L’annonce de la démolition de l’hôpital de Niederkorn après l’ouverture du nouveau Südspidol avait suscité de nombreuses questions et commentaires, notamment quant à la présence d’amiante dans le bâtiment.

La conseillère municipale de Differdange, Christiane Brassel-Rausch (Déi Gréng) a posé clairement la question de cette démolition lors du récent conseil communal, rapporte le Wort.

Le bourgmestre Roberto Traversini (Déi Gréng) s'est d’abord montré rassurant, expliquant que si l’amiante avait probablement été utilisé dans l’hôpital, à l'instar de nombreux bâtiments des années 1950 et 1960, il ne constituait pas de risque, car il est intégré profondément et non volatile. Ce que les analyses de l'inspection industrielle auraient confirmé.

Pour autant, le bourgmestre ne se ferme pas à l'idée de la démolition, une idée pas si stupide, selon ses dires. Sans annoncer quelle destination exacte pourraient prendre les lieux, il pense que "quelque chose de nouveau" pourrait prendre place sur le même site.

Il est peu probable qu'une décision soit prise avant 2023, au moment où le nouveau Südspidol situé à Esch, près de Raemerich, ouvrira ses portes et l'hôpital Niederkorn, en tant que branche CHEM, fermera les siennes.

QUELLE OFFRE DE SOINS?

Pour l’instant, il n'existe pas de plan stratégique quant aux fonctions que l’hôpital Princesse Marie-Astrid gardera, mais le consensus au sein du conseil communal est de garantir que les soins médicaux de base puissent continuer à être offerts dans la commune.

Un service de médecine environnementale pourrait compléter l’offre de soin au HPMA. En fonction de cette offre, la structure actuelle devrait sans doute être repensée et il pourrait être plus économique et écologique de détruire le bâtiment actuel pour en construire un nouveau. Les critères d’assainissement, de fonctionnalité, d’énergie et d’économie devront être pris en compte, précise la commune de Differdange à RTL 5minutes.

En tout état de cause, le conseil échevinal rencontrera le ministre de la Santé à la fin du mois d'avril et un groupe de travail sera mis en place pour réfléchir à l’avenir du site, avec les autorités du Centre Hospitalier Émile Mayrisch, l’intercommunalité concernée par le HPMA (Differdange, Bascharage et Pétange) et la Ville de Differdange.