Le Luxembourg se prépare, malgré lui, à l'éventualité d'un "Brexit dur". Un amendement a été adopté lundi matin à la Chambre des députés.

Les ressortissants britanniques ne seront pas abandonnés à leur sort dans le cas d'un "Brexit dur". C'est ce qu'assure l'amendement au projet de loi 7412 qui a été adopté lundi matin en commission des affaires étrangères.

L'amendement stipule que  les Britanniques installés au Luxembourg bénéficieront d'une période de transition d'une année après la date de retrait de l'Union européenne.

Toujours dans l'éventualité d'un "Brexit dur", la Chambre des députés a fait savoir lundi que d'autres projets de lois sont en cours d'élaboration afin de déterminer les mesures à prendre dans le secteur financier, les modalités de maintien au service de l'Etat des agents de nationalité britannique et de garantir la reconnaissance de qualifications professionnelles de certaines professions.

Dans le cas d'un Brexit "ordonné", "les dispositions de l'accord de retrait seront appliquées au ressortissants britanniques".