Le trafic va reprendre mais restera "perturbé" mercredi au départ et à l'arrivée de la gare de l'Est à Paris, avec un TGV sur trois aux heures de pointe, à cause d'un "acte de sabotage" qui a largement empêché les trains d'arriver ou de repartir de la grande gare mardi, a annoncé la SNCF.

"Ce matin, nous avons subi un acte de sabotage vers 3 heures du matin, nous avons découvert (…) des dégradations importantes", a relaté Olivier Bancel, numéro deux de SNCF Réseau. "C’est un acte de sabotage sur des câbles de signalisation qui comportent des circuits de sécurité."

TRAFIC FORTEMENT PERTUBÉ MERCREDI

Le trafic va reprendre mais "sera fortement perturbé" mercredi au départ et à l'arrivée de la gare de l'Est à Paris, avec un TGV sur trois aux heures de pointe et un sur deux en journée, a annoncé la SNCF mardi.

La circulation est quasiment paralysée depuis mardi matin dans cette grande gare parisienne desservant tout l'est de la France et d'autres pays européens, à la suite d'un "incendie volontaire sur des câbles électriques" d'un poste d'aiguillage en Seine-et-Marne.

Un Transilien sur 2 est prévu mercredi sur la ligne P (axes Meaux et Château-Thierry) et le service "sera adapté pour TER Grand Est avec des dessertes des gares Ile-de-France".

"Nous invitons d'ores et déjà les voyageurs qui le peuvent, à reporter leurs déplacements prévus demain", conseille le site.

Mardi, les TGV et TER ont été totalement interrompus, un événement rarissime. Quelques TGV ont pu être déviés vers la Gare du Nord, toute proche de la gare de l'Est, où transitent chaque année quelque 41 millions de voyageurs selon des chiffres datant de 2019.

En fin d'après-midi, la gare était presque désertée. Un seul train était affiché pour Coulommiers, voie 14, tandis que les TGV pour Fribourg, Metz et Stuttgart et Luxembourg étaient annoncés au départ de la gare du Nord, et le TGV pour Reims depuis la gare de Lyon, dans le centre de la capitale.