Un des réacteurs de Cattenom a été redémarré cette nuit en France, après plusieurs mois d'arrêt.

Deux sur quatre. C'est le nombre d'unités en fonctionnement à la centrale nucléaire de Cattenom.

Sommée d'effectuer de lourdes réparations sur ses unités concernées par un phénomène de corrosion, EDF a annoncé ce vendredi avoir reconnecté le réacteur n°4 au réseau électrique. Ce qui lui permet de contribuer "à la production d'électricité cet hiver" se réjouit l'entreprise. Le réacteur "atteindra sa puissance maximale dans les prochains jours".

Cette unité n°4 avait été mise à l'arrêt le 19 février pour sa maintenance annuelle et les opérations de remplacement de plusieurs composants, événement courant dans la vie d'une centrale. Mais elle avait également "fait l'objet de contrôles et remplacements de parties de tuyauteries sur les circuits auxiliaires du circuit primaire principal dans le cadre du phénomène de corrosions sous contrainte".

EDF dit avoir conduit des expertises par ultrasons ou radiographies sur de nombreuses soudures et tronçons de tuyauteries. Certaines portions "ont également été découpées" pour procéder à des examens en laboratoire. Ces tests "n'ont pas décelé de corrosion sous contrainte" confirme la centrale.

Les équipes d'EDF travaillent toujours sur les réacteurs 1 et 3. Sur l'unité n°1, les équipes débutent les travaux sur deux soudures. Sur la n°3, les équipes de l'électricien sont en train de remonter et souder des portions de tuyauteries neufs, condition indispensable au redémarrage de l'unité depuis que l'Autorité de sûreté nucléaire a exigé que les travaux soient réalisés avant l'utilisation du réacteur pour produire de l'électricité.