Le maire de Metz François Grosdidier (LR) s'est dit "scandalisé" jeudi par la dégradation nocturne d'une statue du général de Gaulle dans sa ville, et a annoncé le dépôt d'une plainte.

Des traces de peinture rouge ont été retrouvées sur les mains et le coeur de la statue du premier président de la Ve République (1958-1969).

"Elles sont un outrage à l'homme qui, plus que tout autre, incarne la France libre et l'esprit de Résistance", s'indigne dans un communiqué M. Grosdidier, qui avait lui-même inauguré la statue l'an dernier sur la place du Général-de-Gaulle, face à la gare de Metz.

"La Ville de Metz dépose une plainte. Nous tenons à la disposition des enquêteurs les enregistrements des caméras de vidéoprotection", a indiqué l'édile, qui dit n'avoir aucune indication quant à une éventuelle signification politique de cet acte.

Les dégradations de statues de l'homme du 18 juin 1940 ne sont pas courantes.

En 2017, un homme de 38 ans avait craché sur la tombe du général à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne) et en avait brisé la croix en pierre. Il a été condamné à un an d'emprisonnement avec sursis et mise à l'épreuve durant deux ans.