Plusieurs brebis ont été tuées ces dernières semaines à Étalle en province du Luxembourg. Elles ont été tuées par un loup, c'est la première fois qu'il est repéré en Gaume.

Il est de passage dans cette région et semble pourtant déjà être reparti. Que s'est-il passé?

Luc Didier est propriétaire d'un élevage de brebis à Étalle en province du Luxembourg. A la mi-septembre, plusieurs de ses animaux ont été tués et blessés. Après des analyses ADN, l'auteur de ces faits a été identifié comme étant un loup.

Luc Didier semble savoir par où a pénétré l'animal avant de s'attaquer à son troupeau. "Il est passé ici, au-dessus", nous pointe-t-il avec son doigt, en désignant une portion de sa clôture qui est endommagée.

L'éleveur le prend avec philosophie: "Il l'a tuée et est parti avec une épaule. C'est comme cela. C'est normal. C'est la nature".

En Wallonie, une meute et un mâle solitaire vivent dans les Hautes Fagnes. Mais repérer un loup en Gaume, c'est une première. De passage, il aurait déjà quitté la région.

Alain Licoppe, coordinateur du "Réseau loup", service public de Wallonie émet une hypothèse: "Probablement, qu'il s'agit d'un individu adolescent et donc à un moment donné au niveau de la meute, les parents chassent les jeunes individus pour des questions de compétition alimentaire notamment... Et donc ces individus-là doivent chercher un territoire. Donc, c'est probablement le cas de ce loup qui sera passé à Étalle..."

En quête de l'endroit idéal, pour s'installer, une meute a besoin en moyenne de 30.000 hectares.

"C'est la surface suffisante pour pouvoir chasser sans surexploiter la zone. Donc, il a besoin de circuler et de défendre un territoire de grande dimension...", décrit Alain Licoppe.

S'il ne trouve pas son bonheur ailleurs, le loup peut revenir en Gaume. Si c'est le cas, Luc Didier installera un système de protection pour ses bêtes.