Dans un mois, le gouvernement français et TotalEnergies réduiront en même temps leurs aides sur les carburants. Les prix vont rebondir du jour au lendemain.

Dans un mois, le gouvernement français entamera la fin de son aide sur les carburants. Depuis début septembre, la remise atteint 30 centimes par litre. De quoi renverser le rapport de prix avec le Luxembourg, devenu plus cher que son voisin.

Mais au 1er novembre, et jusqu'à la fin de l'année, cette remise gouvernementale va passer de 30 à dix centimes par litre. Soit plus que l'écart de prix qui existe aujourd'hui entre la France et le Luxembourg: une quinzaine de centimes sur le diesel et l'essence (hormis chez Total).

Chez le géant français de la pétrochimie, justement, la remise de 20 centimes par litre appliquée dans ses 3.500 stations va aussi baisser. Du 1er novembre au 31 décembre, elle ne sera plus "que" de dix centimes par litre.

Dans les stations-service de TotalEnergies, les prix vont donc bondir de trente centimes du jour au lendemain. De quoi limiter la pression des automobilistes, qui vident les cuves plus vite qu'elles ne sont remplies. Pour ne pas se retrouver à sec trop rapidement, des stations Total de Thionville ont dû plafonner à 20 litres le plein des clients.

Au Luxembourg en revanche, où l'on n'avait pas été habitué à cette concurrence frontalière, la fin de la remise française est très attendue par les stations-service.