Les deux macabres découvertes faites à Mont-saint-Martin et dans une forêt de Moyeuvre-Grande échauffent les esprits du côté de Creutzwald. La gendarmerie de Moselle a réagi mercredi sur Facebook.

L'affaire du corps démembré d'"une femme relativement jeune" découvert lundi à Mont-Saint-Martin, à deux pas du Luxembourg, et celle du cadavre d'un homme sans tête découvert dans une forêt de Moyeuvre-Grande, survenue quatre jours plus tôt, ont sans doute alimenté une psychose du côté de... Creutzwald, en Moselle-Est.

Dès mardi, des posts se sont multipliés sur les réseaux sociaux - notamment snapchat - faisant état d'un tueur en série qui serait recherche dans le secteur de Creutzwald. Mais ce n'était que des "rumeurs". Des bruits qui ont pris tellement de place que la gendarmerie de Moselle s'est saisie de la "non-affaire" et a, à son tour, écrit sur Facebook que "ces rumeurs, inquiétantes, sont totalement infondées et ne reflètent absolument pas une situation réelle".

Pour que les choses soient claires et que nombre de personnes cessent de s'inquiéter inutilement, la gendarmerie souligne dans son post qu'"aucune des informations relayées n'est exacte", avant d'appeller la population à "ne pas relayer ces rumeurs".

Un appel rassurant, mais qui ne dissipe pas pour autant toutes les questions liées aux deux récentes affaires sordides. "Rumeur ou pas qu’il soit en série n'est pas le problème il y a au minimum un meurtrier qui circule dans la région voir pays frontaliers, si ce n’est pas un tueur en série c’est minimum 2 tueurs donc oui c’est inquiétant !", répond Lina Mélodie sous le post de la gendarmerie de Moselle.

Pascale Pascale reconnaît que les gendarmes font bien de poster des "démentis", mais souligne qu'"il n'en reste pas moins que depuis février il y a eu trois crimes morbides et que des prisonniers se sont évadés...", une référence aux douze personnes qui se sont enfuies mercredi dernier du centre de rétention administrative de Metz-Queuleu.