Depuis dix jours 222 agents traquent tous les jours les auteurs de rodéos urbains en Moselle. La préfecture dresse ce jeudi le bilan des PV, interpellations et gardes à vue.

Les rodéos urbains motorisés sont à l’origine de graves troubles à l’ordre public,d’insécurité et de nuisances sonores et apportent ainsi de nombreux risques pour la sécurité des personnes. Ils causent des accidents parfois dramatiques à l'image de celui survenu il y a peu à Pontoise. Une fillette de 10 ans et un garçon de 11 ans ont été percutés par un motard alors qu'ils jouaient devant leur maison.

Le 8 août 2022, le ministre de l'Intérieur a demandé à la police et à la gendarmerie de la lutter plus activement contre les rodéos urbains. Il a souhaité que cette action soit renforcée afin d’atteindre 10.000 contrôles au mois d’août.
-> "Au moins trois opérations anti-rodéos par jour" en France 

Suite à ces instructions, les forces de l'ordre ont mené quotidiennement des opérations en Moselle. Pas moins de 222 agents, policiers et gendarmes confondus, ont été mobilisés tous les jours depuis.

Au total, ils ont mené 46 opérations de contrôles de rodéos urbains, au cours desquelles "781 personnes ont été contrôlées, dont 8 interpellées, 109 verbalisées. 2 individus ont été placés en garde à vue et un deux roues a été saisi", assure ce jeudi la préfecture de Moselle.

JUSQU'À 45.000 EUROS D'AMENDE

Pour rappel, la loi du 3 août 2018 "renforçant la lutte contre les rodéos motorisés" expose les contrevenants à une peine d’emprisonnement d’un an, couplée à une amende de 15 000 euros.

La sanction 3peut s'alourdir en cas de circonstances aggravantes", précise la préfecture de Moselle. En cas de rodéo urbain  en groupe, les auteurs risquent deux ans de prison et une amende de 30.000 euros.

Si l'auteur du une roue a consommé de l'alcool ou des stupéfiants, la peine d'emprisonnement est de 3 ans, et l'amende grimpe à 45.000 euros.