Des scouts turbulents ont mis le bazar dans la communde de Bièvre en Belgique. Résultat, le bourgmestre a décidé d'utiliser une méthode pédagogique de les responsabiliser...

La commune de Bièvre a l'habitude d'accueillir de nombreux camps scouts et cet afflux peut, parfois, causer quelques problèmes. Un petit groupe de huit scouts en hike (donc sans les chefs) a chahuté, il y a quelques jours dans le village de Baillamont au point d'ennuyer quelques enfants.

Le bourgmestre faisant fonction de Bièvre, Michel Modave, a choisi de punir les scouts turbulents, mais pas par la voie de l'amende aux chefs : "Je leur ai demandé de nettoyer le cimetière de Baillamont et repeindre les ferronneries" nous le bourgmestre. Une solution alternative, décidée en accord avec les chefs de ces scouts, utile à la communauté et qui doit les conscientiser : "On a discuté à la fin avec eux, il y a une remise en question, ils réfléchissent, je pense que c'est réussi" se réjouit Michel Modave

Cette méthode avait déjà été employée avec un autre groupe de scouts l'année dernière, "maintenant on hésite plus, quand c'est possible" précise-t-il. "On va plutôt vers quelque chose de constructif plutôt que simplement coller les amendes et les avertissements. On le fait aussi parallèlement, mais c'est important qu'il y ait un acte réparateur".

Pourrait-on utiliser un système comme celui-ci à une échelle plus large dans la commune ? "Je n'ai jamais pensé à appliquer ça plus largement que les scouts, mais ça peut donner des idées !" rit-il.

Entre le 15 juillet et le 15 août, 5000 scouts se sont arrêtés à Bièvre.