La facture de gaz de plus de 2 millions de foyers et entreprises de la région de Cologne, dans l'ouest de l'Allemagne, va plus que doubler dès le 1er octobre, sur fond de hausse des prix et de réduction de livraisons de gaz par Moscou.

"Le prix du kilowattheure de gaz naturel passera (...) de 7,87 centimes à 18,43 centimes d'euros à partir du 1er octobre", a indiqué dans un communiqué RheinEnergie, le premier fournisseur important du secteur à donner une indication détaillée de la hausse prochaine des tarifs.

Cette hausse de 10,43 centimes représente une multiplication par environ 2,3 des prix du gaz pour les 2,5 millions de foyers et d'entreprises que fournit RheinEnergie dans la région de Cologne (ouest).

Par exemple, dans une maison familiale avec une consommation annuelle de 15.000 kilowattheures les "nouveaux coûts annuels s'élèvent à environ 2.918 euros, contre 1.353 euros avant", a détaillé l'entreprise.

RheinEnergie explique cette hausse par "l'augmentation de près de 450% des coûts d'approvisionnement en gaz" sur un an qui pèsent sur lui.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie a provoqué une envolée des prix du gaz en Europe, touchant fortement l'Allemagne, qui dépendait à 55% de Moscou pour ses importations  avant la guerre.

Les prix étaient déjà élevés avant le conflit, en raison d'une forte hausse de la demande mondiale d'énergie sur fond de reprise économique post-Covid-19.

Depuis juin, Moscou a réduit de 80% ses livraisons de gaz vers l'Allemagne, accélérant encore cette envolée. Une décision qualifiée de "politique" par Berlin, destinée à peser sur les Occidentaux dans le conflit ukrainien.

Ce contexte menace l'ensemble du secteur énergétique allemand: le géant Uniper, proche de la faillite, a dû être secouru fin juillet par l’État, qui est entré à hauteur de 30% dans son capital.

Berlin a également autorisé récemment le secteur à répercuter davantage sur ses clients les hausses de prix qu'ils subissent, au prix de nouvelles fortes hausse pour les ménages.

Les augmentations dévoilées par RheinEnergie ne prennent d'ailleurs "pas en compte ces coûts supplémentaires", selon l'entreprise. La facture devrait donc être encore plus salée pour ses clients.

Selon le chancelier Olaf Scholz, ces charges supplémentaires pourront "s'élever à 200 ou 300 euros par an pour une famille de quatre personnes".