La Belge Wendy, 22 ans, se souviendra longtemps de son passage chez le coiffeur.

Lassée par sa coupe mi-longue brune, elle décide de se rendre chez un professionnel afin de "changer de tête". Par facilité, elle prend rendez-vous chez le coiffeur situé à côté de son travail. C'est la première fois qu'elle se rend dans l'institut. "Je lui explique ce que je veux tout en disant que j'ai le cuir chevelu sensible", se souvient-elle.

RTL

Rassurée par le coiffeur qui explique faire ce qu'elle demande "sans problème", elle s'installe. Première étape: la décoloration. Là déjà, les premiers picotements se font sentir. "Je lui dis que ça me brûle, mais il me répond que c'est normal", rapporte-t-elle. Puis on lui pose la coloration. "Et là j'étais en pleurs. Ça me brûlait", s'exclame-t-elle.

Après plusieurs rinçages et quelques coups de ciseaux, Wendy ressort du salon. La sensation de brûlure au niveau du crâne ne se calme pas. Et pour couronner le tout, la coupe qui lui a été faite ne lui plaît pas du tout. "Je lui ai demandé un carré aux épaules, mais il a coupé beaucoup trop court. Et puis, j'ai demandé une coupe droite, il m'a fait un dégradé", regrette-t-elle.

Après 4 jours, la douleur ne disparaît pas. Elle se rend donc aux urgences et là, le diagnostic tombe. "On m'a dit que j'avais été brûlée au cuir chevelu. En plus, on soupçonne une réaction allergique donc on me donne des antihistaminiques", indique la jeune femme. Quand elle sort de l'hôpital, il est tard et les pharmacies sont fermées. Elle préfère donc attendre le lendemain matin pour s'y rendre. Mais lorsqu'elle se réveille le lendemain, elle prend peur en découvrant son visage. "Je ne me reconnaissais plus. J'étais défigurée. Mon visage avait enflé", se remémore-t-elle.

RTL

Grâce à une prescription d'antibiotiques, Wendy va mieux. Son visage a finalement pu dégonfler et la sensation de brûlure s'est estompée. L'un des composants utilisés a entraîné une réaction allergique importante chez Wendy. Elle ignore encore de quel composant il s'agit.

Les experts estiment qu’1% de la population est potentiellement allergique à des composants de produits de coloration. Pour beaucoup, se teindre les cheveux est devenu une routine. C'est le cas de Sarah, une cliente qui a l'habitude de se colorer les cheveux quatre fois par an. "Je n'ai jamais eu aucun problème. Tout se passe toujours très bien", confie-t-elle.

RTL

Tous les professionnels des salons sont appelés à respecter des mesures préventives pour éviter les désagréments. Un test cutané doit être effectué avant l'application du produit et les temps de pose doivent être scrupuleusement respectés. "Ce n'est pas le coiffeur qui fabrique la coloration. Il reçoit le produit fait par des firmes cosmétiques. Tous ces produits sont agréés et répondent à une législation bien précise", rappelle Patrick Dumont, vice-président de la fédération nationale des coiffeurs belges.

Avant d'ajouter: "Beaucoup de gens ont tendance à stigmatiser les allergies en disant que c'est dû aux produits non naturels. Vous avez des gens qui ne développent aucune allergie à l'ammoniac et qui peuvent être allergiques au miel". 

LES COLORATIONS PEUVENT ETRE DANGEREUSES

RTL

Les colorations peuvent être dangereuses pour les personnes qui présentent des réactions allergiques, indique Dr Anne Herman, dermato-allergologue aux Cliniques universitaires Saint-Luc. "Au cours du temps, le corps peut ne plus tolérer une molécule. On ne naît pas allergique, on le devient. La principale molécule est la paraphénylènediamine. C'est le colorant noir qui est présent dans les colorations capillaires. Il peut aussi y avoir d'autres molécules telles que les conservateurs", éclaire la spécialiste.

Dr Anne Herman évoque des réactions allergiques qui peuvent se présenter sous la forme de plaques rouges et d'irritations sur le corps. "Plus les personnes allergiques vont réaliser des colorations capillaires, plus les réactions peuvent devenir sévères", prévient-elle.

Pour éviter ces désagréments, des professionnels se tournent vers des alternatives considérées comme plus naturelles. C'est le cas de Roberto, gérant d'un salon de coiffure spécialisé en coloration végétale. Après un passé de commercial dans le secteur du bio, Roberto décide de suivre une formation en coiffure. Il lui paraît alors évident de proposer des alternatives aux colorations chimiques. "C'est 100% naturel", affirme-t-il.

RTL

Concrètement, il utilise des mélanges de plantes, broyées sous forme de poudre. "Ce sont des plantes tinctoriales. Elles arrivent brutes et c'est moi qui fais les mélanges au grammage près. Je mets ça dans un bol, avec de l'eau chaude et des huiles essentielles. Et en avant", explique le coiffeur.

Parmi ses clients, nombreux sont ceux qui désirent trouver des alternatives saines aux colorations chimiques. "Le produit de décoloration classique me piquait le cuir chevelu. Alors qu'ici, c'est beaucoup plus agréable. Je ne reviendrai plus jamais à du chimique car mes cheveux sont en meilleure santé. Le résultat esthétique est le même voire mieux car il est beaucoup plus naturel", témoigne une cliente fidèle.

RTL