Le phénomène des agressions dans les boîtes de nuit et autres soirées, où des victimes reçoivent de mystérieuses piqûres, inquiète de plus en plus les autorités belges.

Cela a débuté en France, mais des cas sont aussi signalés en Belgique. A Dampicourt, mais aussi à l'Inc'rock festival d'Incourt où 6 personnes se sont plaintes de ces agissements. Elles auraient été droguées par injection.

Charlotte, elle, pense avoir été victime d'une de ces piqûres à Liège. Elle témoigne au micro de Kaima Boudiaf. "Je n'ai pas senti de piqûre ou quoi que se soit d'autre." Le 1er mai dernier, Charlotte décide d'aller boire un verre avec ses amis dans le carré à Liège. "Sur la soirée, j'ai été seule environ 1 minute 30 maximum pour fumer une cigarette. Après cela, j'ai commencé à me sentir nauséeuse, à vomir. J'avais bu, mais pas à ce point, là."

Le lendemain, Charlotte ressent une douleur au niveau du genou. Elle remarque un bleu avec une piqûre rouge au centre. "Je me demande d'où cela vient et je lis des trucs sur les piqûres sauvages en France. Est-ce que ce ne serait pas cela ? Je continue à réfléchir et à lire beaucoup plus d'articles sur ce phénomène. Et là, j'en vois avec exactement le même bleu que celui que moi j'avais sur la jambe."

Un phénomène inquiétant

Un toxicologue contacté nous confirme qu'il n'est pas impossible qu'une aiguille plantée dans le corps ait un effet immédiat. À ce jour, aucun dispositif n'est mis en place dans les bars, même si certains serveurs sont conscients de cette problématique. Pour l'instant, impossible de savoir si Charlotte a été piquée par une seringue qui contenait de la drogue, mais ce qui est sûr est que le phénomène inquiète de plus en plus.