Les prix des maisons en province du Luxembourg n’ont jamais été aussi hauts qu'en 2021. La Fednot, Fédération royale du notariat belge, a publié son analyse annuelle du marché immobilier. Explications.

En 2021, le prix médian* d’une maison en province du Luxembourg dépassait pour la première fois les 215.000€, traduisant une hausse de 7,4% par rapport à l’année précédente. C'est ce que révélait l'analyse annuelle immobilière réalisée par la Fédération royale du notariat belge.

Georges Lochet, l'un des notaires ayant contribué à la réalisation de ce rapport, a accepté de nous livrer quelques précisions quant aux raisons de ces augmentations.

La proximité du Grand-Duché du Luxembourg, sa part toujours plus importante de travailleurs transfrontaliers, les prix exorbitants de ses loyers et ses accès autoroutiers sont autant de facteurs jouant un rôle majeur dans la fluctuation des prix de l’immobilier en Belgique. Et l'arrivée inattendue du covid n'a rien arrangé.

*Le prix médian permet de partager une série de ventes en deux parties égales. Cela signifie que la moitié des maisons sera inférieure au prix indiqué tandis que l’autre moitié sera supérieure. 

UNE DEMANDE TOUJOURS PLUS FORTE

Ces dernières années, les prix du marché immobilier luxembourgeois n'ont cessé d'augmenter. Selon le Statec (l'institut de statistiques du Luxembourg), les prix moyens d’une maison au Luxembourg se situaient fin 2021 entre 779.000€ et 1.456.000€ en fonction des régions.

Et ce constat se faisait ressentir de l’autre côté des frontières nationales. Les régions frontalières étaient de plus en plus prisées tant par les Belges travaillant au Luxembourg que par les citoyens luxembourgeois décidant de vivre en Belgique. Toujours selon le Statec, 23.981 personnes détenant la nationalité luxembourgeoise vivaient en Belgique en 2021.

"Les Luxembourgeois qui achètent en Belgique ont des budgets plus élevés, ce qui pousse encore les prix à la hausse. Et le télétravail n'a fait qu'accentuer ce phénomène, puisque ceux ne travaillant plus qu'une semaine sur deux au Luxembourg décident plus facilement de déménager" explique M. Lochet.

Un autre phénomène, selon le notaire, serait le nombre grandissant de Flamands décidant également d'investir en province du Luxembourg, le plus souvent pour acquérir une maison de résidence secondaire.

Cette forte demande a évidemment une incidence directe sur les prix de l'immobilier.

L'E25, FACTEUR DÉTERMINANT

L’arrondissement d’Arlon était en 2021 le plus cher de la province. La raison ? Cette zone limitrophe du Luxembourg bénéficie de la présence de l'autoroute E25, permettant de s’y rendre plus facilement.

Le prix médian d’une maison y était ainsi de 290.000€ (et le prix moyen de 348.000€). Sur ces cinq dernières années, Arlon a d'ailleurs enregistré une évolution de son prix médian de +31,8%, soit 70.000€.

Concernant les régions de Bastogne ou Virton, également proches du Luxembourg, les prix restaient toutefois moins élevés. Cela s'explique notamment par le fait que ces villes ne disposent pas d’un axe routier aussi direct que celui d’Arlon.

RTL

© RTL

À l'inverse, les communes situées à côté de la E25, dont Attert, Arlon et Messancy, affichaient des prix médians situés entre 325.000 et 420.000€, contre des prix inférieurs à 250.000€ pour les communes de Martelange et d'Aubange, situées aux extrémités de l'arrondissement.

Le plus gros boom de prix l'année dernière concernait la région d’Attert, avec une évolution de +54,1% par rapport à l’année 2020.

RÉPERCUSSIONS EN PROVINCE DU LUXEMBOURG

Ainsi, en 2021, la province du Luxembourg, en deuxième position des régions avec la part de marché des maisons la plus importante (après le Hainaut), était également la deuxième région la plus chère de Wallonie, après le Brabant Wallon.

En 2020, cette même province connaissait d’ailleurs l’évolution la plus importante de la région Wallonne, avec une augmentation de +13,3% du prix médian d’une maison.

RTL

© RTL

Et la tendance n'a pas changé en ce début d'année 2022. Lors de ce premier trimestre, la plus forte hausse de l'activité immobilière de Belgique était enregistrée en province du Luxembourg, augmentant de 8,6%.

ET À L'AVENIR? 

Selon Maître Lochet, certains indices pourraient faire ralentir le marché de l'immobilier dans le futur. "Nous avons le sentiment que nous nous dirigeons vers une stabilisation des prix. Il y aura probablement une diminution de ventes de biens immobiliers, mais les prix auront tendance à se stabiliser et non pas à diminuer."

Pour les personnes désireuses d'acquérir un bien à la frontière, M. Lochet conseille avant tout de ne pas se précipiter : "Prendre préalablement conseils auprès de son notaire avant de signer une offre est primordial, surtout avec l'augmentation des taux des crédits hypothécaires."