Une Japonaise, en accord avec son mari, a couché dix fois avec un homme pour tomber enceinte. Mais le donneur était surtout un menteur...

Une Japonaise, en accord avec son mari, a couché dix fois avec un homme pour tomber enceinte. Mais le donneur de sperme a menti sur sa nationalité et son niveau d'éducation pour avoir des relations sexuelles avec elle, selon le Tokyo Shimbun, dont les propos ont été relayés par le Daily Mail.

Le couple l’avait trouvé sur les réseaux sociaux en 2019... Déjà parents d’un enfant, les deux Japonais voulaient agrandir leur famille, mais le mari était porteur d'une maladie héréditaire qui pouvait être transmise à sa progéniture. Ils ont donc décidé de faire appel à un donneur. L’homme d’une vingtaine d’années a eu dix relations sexuelles avec la femme avant que cette dernière ne tombe enceinte en juin 2019. Après plusieurs mois de grossesse, le couple a découvert que l’homme n’était pas celui qu’il prétendait être.

Le donneur lui a dit qu'il était un célibataire japonais diplômé de l'université de Kyoto. En réalité, il était Chinois et marié. Et il avait fréquenté une autre université que celle de Kyoto.

Le couple a intenté un procès pour demander 2,3 millions d’euros de dommages et intérêts au donneur pour fraude et détresse émotionnelle. La femme a déclaré qu'elle l'attaquait en justice parce qu'elle voulait l'empêcher de s'en prendre potentiellement à d'autres personnes. 

Et elle ne voulait plus du bébé. L'enfant a été remis à une structure d'accueil de Tokyo et mis à l'adoption après sa naissance. L’avocat de la femme a déclaré qu'elle souffrait de troubles du sommeil et qu'elle était physiquement et émotionnellement traumatisée par cette affaire, notamment en raison des réactions négatives suscitées par sa décision d'abandonner l'enfant. 

Un employé de la protection de l'enfance au Japon a qualifié la femme de "superficielle" pour avoir "traité l'enfant comme un objet". "Je pense qu'il est préférable de laisser l'enfant à quelqu'un qui peut être un bon parent d'accueil".