La préfecture de la Moselle vient de confirmer la mise en service imminente des voitures-radars, qui pourront flasher incognito tout en se mêlant au trafic routier.

Cette fois, c'est pour de bon. À partir d'aujourd'hui, les voitures-radars seront déployées sur les routes de Moselle et contrôleront les automobilistes.

La préfecture a fait savoir que leur mise en service était programmée pour ce mercredi 19 janvier. Si le nombre d'accidents et de tués sur les routes a "baissé" en 2021, les autorités veulent rester vigilante: "la vitesse excessive ou inadaptée est en cause dans un accident mortel sur trois" fait savoir la préfecture.

Décidée en 2015, la mise en place des voitures-radars doit permettre de "libérer du temps aux forces de l'ordre pour effectuer d'autres types de contrôles sur les routes" et "mieux faire respecter les limitations de vitesse".

Concrètement, les conducteurs de ces nouveaux véhicules devront respecter des plages horaires et des trajets précis, fixés par l'État. Les entreprises prestataires ne seront pas rémunérées au nombre d'infractions relevées, confirme la préfecture. Les conducteurs ignoreront quels véhicules ont été relevés en excès de vitesse et n'auront pas accès aux données relevées en conduite. Ce qui ne les empêchera pas d'être particulièrement rentables.

Selon la préfecture, les voitures-radars pourront mesurer la vitesse des autres véhicules et utiliseront, selon la situation, deux marges de tolérance pour relever une infraction:

  • 10 km/h au-dessus de la vitesse autorisée
  • 10% au-dessus de la vitesse autorisée au-delà de 100 km/h

"Toute personne normalement attentive aux limitations de vitesse peut donc rouler sans crainte d’être verbalisée" veut rassurer la préfecture.