L'homme qui avait tiré vendredi à Algrange sur sa compagne et leur fils de 3 ans, la blessant à la joue et touchant l'enfant à la tête, a ensuite essayé de mettre fin à ses jours. Il est décédé lundi, a annoncé ce mardi le procureur de Thionville.

Le drame, survenu dans "un contexte de séparation récente (...) sans violences ni menaces proférées", s'est produit vendredi après-midi dans le salon de coiffure ouvert début décembre par la jeune femme à Algrange.

L'homme, qui ne présentait "aucun antécédent judiciaire de violences", a ouvert le feu à deux reprises, des tirs qui "visaient et ont atteint la gérante du salon, blessée à la joue, et son fils, (touché) à la tête" et dont l'état était toujours "préoccupant" mardi, a indiqué dans un communiqué le procureur de la République de Thionville, Brice Partouche.

Le père s'est ensuite rendu dans la commune voisine de Florange où il a "tenté de mettre fin à ses jours", a poursuivi le magistrat. "Il est décédé" lundi, a-t-il ajouté.

VIE COMMUNE DURANT LES FÊTES

Selon les premiers éléments, il avait acquis "l'arme de collection à barillet ayant servi lors des faits" auprès "d'une connaissance" : placée en garde à vue, cette dernière "a déclaré ne pas avoir discerné les desseins du mis en cause", poursuit M. Partouche, selon lequel cette personne a "pour l'heure" été "remise en liberté".

Par ailleurs, aucun élément ne permet actuellement d'affirmer que le compagnon avait fait part de ses intentions à des proches, a indiqué le magistrat.

Séparé depuis une quinzaine de jours, le couple avait toutefois repris sa vie commune "à l'occasion des fêtes de fin d'année", une reprise "suivie d'épisodes de tensions sans aucune manifestation violente", relate encore le procureur.