Le phénomène observé le ciel de la région dans la soirée du 7 octobre se serait écrasé dans la vallée de la Meuse d'après le réseau Vigie-ciel.

Jeudi 7 octobre, à 18h23 très précises, de très nombreux témoins ont observé un phénomène lumineux impressionnant dans le ciel du Grand Est. Le météore un "bolide" d'après les spécialistes a fait l'objet de plus de 350 témoignages et il était visible de Neufchâtel en Suisse jusqu'à Nancy, en passant par l'Alsace.

L'équipe de Vigie-Ciel, un programme de sciences participatives qui associe des chercheurs issus de l’Observatoire de Paris, d'Universités françaises, mais aussi des planétariums et des associations d’astronomie a étudié en détail le phénomène.

D'après les scientifiques du réseau, des météorites se seraient bien écrasées en Lorraine, dans la région de Verdun. "Il est possible d’évaluer la masse initiale d’un objet avant qu’il ne pénètre dans l’atmosphère en mesurant sa faible décélération à haute altitude, ici entre 80 et 60 km."

L’équipe Vigie-ciel a développé un  programme permettant de mesurer la masse finale d'un objet qui aurait résisté à la rentrée atmosphérique. Dans le cas du bolide du 7 octobre, les calculs donnent une masse initiale comprise entre 2 et 15 kg et une masse finale comprise entre 1 et 6 kg.

Mais la fin de la capture vidéo effectuée par la caméra de Belfort montre des sursauts de luminosité qui impliquent une fragmentation très significative.

RTL

Cette fragmentation se produit à 40 km d’altitude. Cela suggère qu’il n’y a plus d’objet massif, ce rend peu probable que l’on retrouve une météorite de plusieurs kilogrammes. Il est probable que les météorites engendrées par le bolide n’aient atteint le sol que sous la forme d’une multitude de petits fragments.

Les scientifiques ont aussi calculé le "vol sombre" de l’objet c’est-à-dire sa trajectoire depuis le dernier point visible jusqu’au sol. "La faible inclinaison de la trajectoire implique une zone de chute très allongée qui mesure près de 100 km de long! Les fragments les plus lourds (moins freinés) se trouveraient a l’ouest, près de Verdun, tandis que les plus légers se trouveraient plutôt à l’est."

RTL

© Fripon/Vigie-ciel

Dans une zone de chute d’une telle taille, il est inenvisageable d’organiser des battues sur le terrain. Mais les habitants de la région sont invités à faire attention aux cailloux susceptibles de ressembler à des météorites.