322 permis de conduire ont été suspendus immédiatement lors du mois d'août, en Moselle. Raison principale: l'usage de stupéfiant.

La préfecture de Moselle a révélé les chiffres des suspensions provisoires immédiates du permis de conduire, lors du mois d'août. Sur les 322 suspensions, la vitesse n'est pas la première cause.

Non, 126 permis ont été confisqués sur place pour consommation de stupéfiants, cela représente quasiment 40% du nombre de permis suspendus. Le cannabis reste, sans surprise, la drogue la plus consommée: elle a été décelée dans 89,7% des cas. Viennent ensuite la cocaïne (9,52%), les amphétamines (7,14%) et les opiacées (3,97%).

La majorité des automobilistes qui ont vu leur permis confisqué pour cette raison se situent dans la moyenne d'âge 26-35 ans.

La durée de la suspension du permis pour usage de stupéfiants est de 4 mois, plus un mois si l'automobiliste a été pris en flagrant délit avec un téléphone à la main. S'il s'agit d'une récidive, la peine passe à 6 mois de suspension plus 2 mois en cas d'usage du téléphone.

En août, la vitesse est le deuxième motif de suspension de permis de conduire: 108 sur 322, soit 33%. L'alcoolémie arrive en troisième position: 88 sur 322, soit 27%.