L'infectiologue française Karine Lacombe a affirmé sur BFM-TV que les soignants refusant de se faire vacciner devaient changer de métier.

L'infectiologue Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, n'épargne pas le personnel médical opposé à la vaccination. Alors que des sanctions peuvent être prononcées à partir de ce mercredi 15 septembre à l'encontre des aide-soignants, des infirmiers ou des médecins français qui refusent de se faire vacciner, elle a estimé, au micro de BFM-TV, que "les soignants qui ne veulent pas se faire vacciner doivent changer de métier".

"Dans le soin, l'intérêt est collectif. Quand on s'engage dans le soin, on pense aux autres. Et penser aux autres, c'est faire en sorte d'être vacciné, protégé pour ne pas se contaminer et pour ne pas non plus contaminer les autres. C'est une démarche qui est altruiste. On ne veut pas se faire vacciner, on change de métier, on se met en disponibilité" a-t-elle répondu.

Dans son hôpital Saint-Antoine, ceux qui refusent toujours de se faire vacciner représenteraient "aux alentours de 5 à 10%" des personnels, a précisé Karine Lacombe.

Les soignants qui n'ont pas encore reçu leurs deux doses peuvent continuer à exercer jusqu'au 16 octobre, en présentant régulièrement un test négatif. Passé cette date, seule une vaccination complète sera acceptée.