La Volkswagen affichait 144.000 km au compteur... alors qu'elle en avait en réalité 661.000! Mais le vendeur, un jeune Forbachois, n'est pas considéré comme un escroc par la justice.

C'est le cauchemar de tout acquéreur de voiture d'occasion: le compteur kilométrique trafiqué.

L'affaire remonte à octobre 2019, raconte le Républicain Lorrain. Un habitant de Bordeaux pense avoir trouvé la perle rare sur le site Le Bon Coin: une Volkswagen n'affichant que 144.000 km au compteur et vendue 2.700 euros. Il fait donc la route jusqu'à un parking de Béning-lès-Saint-Avold, où se déroule la transaction.

L'essai du véhicule se déroule bien. L'acquéreur jette un œil au contrôle technique, qui est validé. Mais il ne remarque pas que la carte grise, allemande, n'est pas au nom du vendeur. La transaction est réglée en liquide et chacun s'en va heureux.

Mais pour l'acquéreur, la joie est de courte durée. Sur le chemin du retour, il remarque plusieurs avaries: feu de détresse, climatisation, jeu dans la direction... Ce n'est que le début. Il s'arrête dans un garage, où on lui dit que le véhicule semble avoir été accidenté et repeint. Il contacte alors directement Volkswagen, qui le renseigne sur l'histoire du véhicule. C'est le choc: le véhicule affiche en réalité 661.000 km!

COMMENT UNE TELLE ÉPAVE A-T-ELLE PU PASSER LE CONTRÔLE TECHNIQUE?

Il réalise alors un nouveau contrôle technique, et les défaillances pleuvent: pneus, châssis, pot d'échappement. Le véhicule est tellement dangereux qu'il est immobilisé.

L'acquéreur fait logiquement appel à la justice pour confondre le vendeur, un jeune Forbachois de 21 ans. Mais ce dernier nie être lié à la transaction. Même s'il est reconnu formellement sur une photo, le jeune Mosellan ne sera pas inquiété par la justice, car la carte grise n'était pas à son nom. "L'escroquerie n'est pas constitué" résument les juges.

Une histoire qui finit mal pour l'acquéreur, même si elle rappelle combien la vigilance est importante lors de ce genre de transaction. Reste une inconnue: comment un tel véhicule épave a-t-il pu obtenir un certificat de contrôle technique? Le professionnel de Forbach qui l'a délivré en avril 2019 mériterait en effet de passer de "contrôleur" à "contrôlé"...