Jürgen Conings, militaire d'extrême droite probablement armé et introuvable depuis le début de la semaine, est recherché pour "tentative d'assassinat terroriste" en Belgique.

Toujours aucune trace de Jürgen Conings. Ce militaire de 46 ans, probablement armé et donc jugé dangereux, est activement recherché depuis le 17 mai dernier. L'homme a menacé de s'en prendre à des symboles de l'État, à une mosquée ainsi qu'à des personnalités, dont le virologue Marc Van Ranst.

Durant plusieurs jours, des centaines de policiers et de militaires ont été déployés dans et autour du parc national de la Haute-Campine où il pourrait s'être retranché. Des policiers allemands ont été dépêchés en renfort. Les fouilles de la réserve naturelle dans le Limbourg ont finalement été arrêtées,
sans donner de résultat.

INTERPOL LANCE UN AVIS DE RECHERCHE

Jürgen Conings n'est plus seulement recherché en Belgique. Interpol a lancé un avis de recherche international pour retrouver le militaire. "Menace d'attaque terroriste sur des personnes et un régime", est-il indiqué, initialement en anglais, dans la partie "infractions" de la fiche. Deux photos ont également été publiées sur le site d'Interpol. L'Organisation internationale de police criminelle compte 194 pays membres et favorise la collaboration entre les autorités de police.

Quelles sont les conséquences d'un tel avis de recherche? Michaël Dantinne, criminologue à l'Université de Liège, nous éclaire: "Dès lors qu'une personne est recherchée par Interpol, cela veut dire que les 194 services de police des 194 pays concernés disposent de l'information. Il y a ceux que l'on appelle les 'notices jaunes' pour les personnes disparues, enlevées ou kidnappées, et des 'notices rouges' pour les individus recherchés parce qu'ils ont échappé à l'exécution de leur peine de prison ou ceux qui sont recherchés parce qu'on les suspecte, en dépit de leur présomption d'innocence, d'infractions graves". 

RTL

UNE DIZAINE DE PERQUISITIONS

Les enquêteurs de la police fédérale ont mené vendredi soir une perquisition au domicile du militaire d'extrême droite Jürgen Conings à Dilsen-Stokkem (Limbourg), a indiqué le parquet fédéral. D'après Het Laatste Nieuws, des échantillons d'ADN y ont été prélevés, mais le parquet se refuse pour le moment à tout commentaire.

Durant la nuit de vendredi à samedi, une dizaine de perquisitions ont ainsi été menées. "Elle se situent dans l'entourage du concerné", précise le parquet fédéral ce samedi après-midi.

Parmi ces proches, il y a notamment Tomas Boutens, un ancien militaire condamné à 5 ans de prison en 2014 pour son appartenance à un groupe néo-nazi. "Ils ont cherché Jürgen comme s'il était caché dans mon placard. Non, aucun mandat de perquisition, aucune liste de biens saisis, aucun objet illégal trouvé", a-t-il publié sur son compte Facebook.

D'après des lettres retrouvées par les enquêteurs, cet homme fiché comme étant un sympathisant de l'extrême droite semble déterminé à s'en prendre à des représentants de l'Etat et à des virologues.

Il est soupçonné d'avoir dérobé plusieurs types d'armes à feu dans sa caserne avant de prendre la fuite. Quatre lance-roquettes antichar et des munitions ont été découverts mardi dans sa voiture abandonnée en lisière du parc national.

UN "MECANISME SUSPECT" 

Les recherches menées depuis mardi sur la voiture de Jürgen Conings ont montré l'existence d'un "mécanisme suspect", avait annoncé vendredi après-midi le parquet fédéral dans un communiqué de presse. Le rapport technique destiné à connaître les effets potentiels d’un mécanisme suspect retrouvé dans la voiture du suspect, est encore attendu.

ABANDON DE SES MEDAILLES MILITAIRES

Des décorations militaires de Jürgen Conings, ce sympathisant d'extrême droite activement recherché, ont été retrouvées mardi sur la tombe de ses parents, a appris l'agence Belga à bonne source, confirmant une information rapportée samedi par Het Belang van Limburg. Se défaire de ses décorations a une signification particulière pour un soldat, cela symbolise l'abandon.

Le père du fuyard est décédé en 1997, sa mère en 2003. Jeudi, la cellule antiterroriste du parquet d'Anvers a appris que des décorations militaires de Jürgen Conings avaient été retrouvées sur la tombe familiale. Le militaire les a probablement déposées mardi, lorsqu'il a quitté sa voiture. D'après des experts, abandonner ses décorations militaires est un signal inquiétant car cela signifie qu'il tourne le dos à la Défense et qu'il n'a plus confiance.