Ce 19 mai est le grand jour de la réouverture des terrasses pour les bars, cafés et restaurants de tout l’Hexagone. Les Messins ne se sont pas fait prier pour en profiter malgré quelques averses. Reportage.

À Metz, dès la sortie de la gare, le changement se fait sentir. Au premier bistro, des valises nonchalamment posées contre le pied d’une chaise ou d’une table attendent à nouveau que leurs propriétaires finissent leur expresso. Une scène banale que la France n’avait pas revue depuis sept mois. La reprise nécessite quelques ajustements de décor, mais les clients n’ont pas eu besoin de répétitions.

Ce matin, Maxime Thiel a sorti un mètre pour préparer la terrasse de son restaurant, le Mona. "On essaie de s’adapter aux annonces. On fait un mix avec les nouvelles consignes de 50% de remplissage et par sécurité nous remettons les tables aux mêmes distances que l’année dernière" explique le gérant. Tout en continuant seulement la vente à emporter, Maxime souhaite laisser le choix à ses clients de rester consommer sur place.

Pour Florence Della Catta, gérante du Mini bar place Saint Jacques, même difficulté d’interprétation des consignes : "On ne sait pas exactement combien de mètres on doit mettre entre les tables et les chaises. On a mis entre 1m et 1m50". Puis elle ajoute: "On verra bien dans les jours à venir si notre mise en place convient." Florence veille à ce qu’il n’y ait pas plus de six personnes autour de la même table.

Des petits réglages qui n’entament pas la motivation des employées. Claire, derrière son comptoir, nous confie: "On avait un peu peur d’avoir perdu nos marques, mais ça revient vite!" Les commandes s’enchaînent et les serveurs multiplient les allers retours, après une matinée mitigée, les clients affluent. Eux aussi sont contents de retrouver la possibilité de s’installer pour boire un coup ou se restaurer.

PROFITER DE L’ÉCLAIRCIE

Le temps pluvieux n’entame pas les plaisirs. "On n’est pas près de retourner au restaurant si on attend le soleil", estime Lise. Vendeuse en prêt-à-porter, elle retrouve le plaisir de s’installer devant une assiette pour sa pause déjeuner, "ça change des casse-croûtes". En terrasse d’une pizzeria, Lise profite aussi de la compagnie d’une collègue.

Une possibilité de partager un bon moment qui a aussi motivé Arbogast et ses amis. Ils partagent quelques bières. "On vient profiter après les cours", raconte le jeune homme, une première depuis un an. Une autre cliente raconte avoir enchaîné un petit-déjeuner avec son "amoureux" et un petit thé avec une amie. Des plaisirs simples que tous apprécient de retrouver.

Le soleil fait son apparition, ce qui motive les plus réticents à se lancer. De petites files d’attente se forment devant les cartes des restaurants. Une bonne note pour les établissements et leurs équipes qui ont le sourire. Mais tous savent également qu’il va falloir profiter de chaque instant entre une météo capricieuse et la crainte d’une nouvelle fermeture si la pandémie rebondit.