28 personnes ont été interpellées vendredi après une bagarre meurtrière hier à la jonction entre les quartiers de Droixhe et Bressoux à Liège.

Elles sont toujours entendues ce samedi matin. Les coups de feu ont été tirés hier en fin d'après-midi faisant un mort et 2 blessés. Un important dispositif policier dont 1 hélicoptère était déployé.

Le parquet précise que des armes lourdes semblent avoir été utilisées mais ne se prononce pas sur l'origine des bandes, kurdes ou tchétchènes, ou leur provenance, Liège ou Verviers, comme avancé par certains médias. Un juge d'instruction, un médecin légiste et un expert balistique sont descendus sur place vendredi soir.

Le quartier reste sous tension ce samedi après des appels à la vengeance repérés sur les réseaux sociaux. Le quartier de Hodimont à Verviers est notamment cité.

POLICE DÉPLOYÉE

La police belge était déployée samedi à l'intérieur et autour de la ville de Liège afin d'éviter des affrontements armés entre groupes rivaux tchétchènes et kurdes, en représailles à une attaque meurtrière la veille qui a fait un mort.

Un Tchétchène a été tué vendredi après avoir été pris en chasse par un groupe de 20 à 30 hommes à Liège, la cinquième ville du pays, a indiqué un magistrat du bureau du procureur.

Les assaillants -- très probablement kurdes -- étaient vêtus de noir et portaient des masques de ski. Certains étaient munis de battes de baseball et d'au moins une arme à feu.

Une vidéo de la scène prise par un passant, diffusée par RTL, montre le groupe courant derrière une berline noire, qui a percuté une voiture en stationnement. On y entend quatre coups de feu tandis qu'un groupe d'hommes masqués se presse autour du véhicule arrêté.

Cette scène est en lien avec une rixe la veille entre un Tchétchène et un Kurde dans une station service, durant laquelle le propriétaire et un client ont été blessés en tentant de s'interposer, a précisé le magistrat, Damien Leboutte.

Trois Kurdes identifiés grâce aux caméras de sécurité de la station service ont été arrêtés pour être interrogés.

Vingt-huit autres personnes --toutes tchétchènes-- ont été interpellées en lien avec l'attaque meurtrière de vendredi et au moins une arme à feu -- une Kalachnikov -- a été saisie, a indiqué le magistrat.

"On n'a jamais eu un incident comme ça à Liège", a dit Damien Leboutte.

La police a été déployée pour "sécuriser" la zone, a-t-il encore indiqué, alors que des craintes de nouveaux affrontements étaient nourries par des messages sur les réseaux sociaux appelant la communauté tchétchène à la "vengeance" contre la communauté kurde de Verviers, à l'est de Liège.