"Sur place, nous n'avions rien de chauffant": deux ans après, Julien Le Bras lutte pour laver l'honneur de sa société de couverture, pointée un temps comme possible responsable de l'incendie de Notre-Dame.

Le 15 avril 2019, il est à peine 23h. Notre-Dame est la proie des flammes et, déjà, les premières accusations pleuvent contre l'entreprise Le Bras Frères, une PME lorraine, dont le siège est à Belleville-sur-Meuse (Meuse). Celle-ci travaillait à la restauration de la flèche depuis 2018.

"Sur le parvis, j'entends dire: C'est le patron de l'entreprise à l'origine du feu", raconte Julien Le Bras, pourtant certain que sa société familiale de charpentes, couvertures et échafaudages, dont il est le PDG depuis 2014, ne porte "aucune responsabilité" dans le sinistre. Auparavant, il a interrogé ses salariés: faits, gestes, erreurs possibles. Et leurs réponses l'ont convaincu.

RTL

© MARTIN BUREAU / AFP

"On ne soude pas nos échafaudages. Sur ce chantier en présence de plomb, le protocole prévoit combinaison, gants scotchés et masques à assistance respiratoire. En outils: un marteau et une clé de 22", répond-il face aux allégations de mégots ou de fer à souder chaud, qui auraient pu déclencher le sinistre.

Perte de clients, arrêts de contrats, départs de deux assureurs de crédits: en quatre jours, l'entreprise, qui subissait aussi "insultes et menaces de mort sur les réseaux sociaux", se retrouve pourtant au bord du gouffre. En dépit des explications de M. Le Bras: "On ne nous écoutait pas".

En urgence, le PDG réunit ses banquiers pour qu'ils n'imitent pas les assureurs. La Banque de France et un commissaire au redressement productif sont aussi parmi les convives. Pari gagné!

"CELLULE PSYCHOLOGIQUE"

Le dirigeant, qui a "créé une cellule psychologique", rassemble dans la foulée ses salariés. Une "réunion mémorable dans l'atelier", où il explique "franchement la situation, les difficultés".

Ensuite, pour rebondir, il parie sur les forces de l'entreprise: le "savoir-faire" de ses équipes plutôt que la baisse des prix. Et sur la formation que la maison promeut. Le site de Jarny (Meurthe-et-Moselle) dispose ainsi d'un spacieux bâtiment pour les apprentis et les compagnons.

Le dirigeant bénéficie aussi de la confiance des autorités de Notre-Dame, où l'entreprise avait réalisé un premier contrat en 2009, l'année de son arrivée sur le marché de la rénovation de l'ancien (Louvre, Panthéon, cathédrale de Metz...).

RTL

© AFP

Ainsi, pendant que "les pompiers éteignaient les dernières braises", ses salariés "sécurisaient le pignon nord de l'édifice qui menaçait de s'écrouler. Il a fallu 35 m3 de bois et 24 heures de travaux", se souvient le PDG.

Deux ans plus tard, l'entreprise de 260 salariés vient de clôturer ses comptes sur un chiffre d'affaires de "50 millions d'euros" (50% dans la rénovation de l'ancien) et "un bénéfice", selon le dirigeant.

Une résurrection après une "journée maudite", grâce, estime-t-il, à "l'état d'esprit des gars", au soutien de son entourage et à "la prise en main proactive des événements".

"NOUVEAUX DOCUMENTS"

Mais si la crise s'est estompée, la rumeur, elle, continue à courir. A bas bruit. Des messages haineux réapparaissent de-ci de-là, alors que "la justice n'a pas incriminé l'entreprise", rappelle M. Le Bras, entendu avec son père et un cadre "en qualité de témoins la nuit du sinistre".

"Notre constitution de partie civile a été acceptée", insiste-t-il, affirmant être "dans l'attente d'une convocation" pour pouvoir remettre "de nouveaux documents" à la justice. A ses yeux, ils pourraient aider à "déterminer les causes du sinistre", même s'il ne souhaite pas donner davantage de précision.

Avec cette crise, ce jeune patron de 34 ans estime avoir "pris 10 ans" et reconnaît qu'il n'était "pas préparé" pour une "telle exposition", sa "tête sur toutes les chaînes d'infos", même "sur les chaînes américaines, chinoises"...

Mais sa passion "n'a pas varié"". En août, l'entreprise achèvera les travaux de sécurisation sous la voute de Notre-Dame, entamés en 2019.

Ensuite doivent être lancés les appels d'offres pour la reconstruction de la cathédrale. M. Le Bras y répondra, notamment pour ceux qui concerneront la flèche.