Terrasses de café, de restaurant, cinémas et salles de sport rouvrent mardi dans l'Etat régional de Sarre, à contre-courant du reste de l'Allemagne où face à la troisième vague de Covid-19 certains appellent à un nouveau tour de vis.

Frontalière de la France et du Luxembourg, la Sarre est le premier Etat régional allemand à lever partiellement les restrictions ce mardi: cafés et restaurants peuvent accueillir leur clientèle en extérieur mais avec des règles strictes.

Ainsi cinq personnes maximum, de deux foyers différents, pourront prendre place à une table si elles ont effectué au préalable une réservation et si elles laissent leurs coordonnées.

Pour les tablées plus larges, les clients devront présenter un test de dépistage négatif du jour même.

Les sports de contact comme le football sont également à nouveau autorisés avec un test négatif. Les salles de fitness peuvent aussi rouvrir dans des conditions limitées avec un sportif pour 15 m2 et un test négatif.

"Au bout d'un an de pandémie, nous devons trouver autre chose que fermer (les commerces) et restreindre les activités", avait souligné le dirigeant conservateur de cette petite région, Tobias Hans, lors de l'annonce de son projet.

"Avec ce modèle en Sarre, aucune infection au coronavirus ne doit rester cachée", avait-il ajouté. La levée partielle des restrictions ne restera autorisée que si le taux d'incidence sur 7 jours reste stable sous la barre des 100 pour 1.000 habitants.

DÉSACCORD ALLEMAND SUR LA RÉOUVERTURE

Bien qu'apprécié du grand public, cet assouplissement des restrictions alors qu'une troisième vague de contaminations touche l'Allemagne est loin de faire l'unanimité.

Plusieurs personnalités politiques réclament un confinement plus strict dans toute l'Allemagne alors que certaines régions comme Berlin, le Mecklembourg-Poméranie (nord-est) ou Hambourg ont pris des mesures encore plus contraignantes comme des couvre-feux partiels ou complets.

La chancelière Angela Merkel prône aussi la fermeté et a récemment critiqué certaines régions qui ne font pas assez, selon elle, pour endiguer l'épidémie.

Le dirigeant de la Rhénanie du Nord-Westphalie, région la plus peuplée du pays, Armin Laschet, réclame ainsi un confinement rapide et dur dans tout le pays pour une période transitoire "de deux à trois semaines" en attendant qu'une plus grande partie de la population soit vaccinée.

En Sarre, la levée partielle des restrictions ne restera autorisée que si le taux d'incidence sur 7 jours reste stable sous la barre des 100 pour 1.000 habitants.