Avec le retour du beau temps, c'est aussi celui des allergies. Sauf que cette année, c'est un peu plus compliqué, puisque certains symptômes sont similaires à ceux du coronavirus. Alors, comment les reconnaître, et faire la différence?

Depuis quelques jours, les concentrations dans l'air de pollen d'Aulne et de noisetier sont en augmentation, ce qui n'a pas échappé à ceux qui souffrent d'allergies.

"Cela commence un peu plus tôt que d'habitude. Les symptômes sont toujours les mêmes, des éternuements, le nez qui chatouille, les yeux qui piquent. Je prends mes médicaments depuis une dizaine d'années, toujours les mêmes", confie une citoyenne interrogée par RTL.be.

"Cela fait plus de 30 ans. Les symptômes c'est, le nez qui coule, quelques petites plaques sur le dos et la respiration. Je prends un antiallergique et ça passe quoi", ajoute un autre citoyen.

Mais cette année, pour certains, les symptômes peuvent porter à confusion. "Certains symptômes se retrouvent autant dans le coronavirus que dans les allergies, c'est-à-dire des symptômes respiratoires, donc des difficultés respiratoires, mais aussi le nez qui coule, le nez bouché. Cela, on peut retrouver dans les deux cas", explique Marie Minet, pneumologue à la clinique Notre-Dame de Grâce.

"Chez des patients qui ont des symptômes de covid, effectivement, on peut avoir des symptômes de rhinite et de conjonctivite isolés. C'est parfois difficile de faire la part des choses, si ce sont des patients qui n'ont jamais eu de symptômes d'allergies, les autres années", explique Valérie Dufresne, une pneumologue à la clinique Notre-Dame de Grâce.

Mais alors, comment faire la différence?

"Là où il doit suspecter le covid, c'est quand on a vraiment une forte fatigue, accompagnée de douleurs musculaires, articulaires, de fièvre et avec des symptômes naseaux ou bien respiratoires. Cela évoque plus le covid", ajoute Marie Minet. "Quand on n'a pas cette fièvre, les douleurs articulaires, ce sont plutôt des allergies."

Dans ce cas, les spécialistes conseillent d'entamer simplement le traitement contre les allergies. "Ça peut piéger un petit peu. C'est pour ça qu'on conseillera à nos patients allergiques connus de reprendre assez rapidement leur traitement dans le contexte politique actuel pour ne pas être dans cette zone floue de savoir, est-ce que ce sont mes allergies ou est-ce que c'est l'infection virale actuelle?", conclut Valérie Dufresne.

Indépendamment du coronavirus, les spécialistes rappellent qu'il est important de consulter rapidement en cas de difficultés respiratoires liées à des allergies.