Les masques controversés ont été retirés du circuit de distribution par les autorités belges, qui ont appelé la population à ne plus les utiliser.

Ces masques en tissu vendus par une société luxembourgeoise suscitent la polémique, car l'étoffe dans laquelle ils sont fabriqués, contient des nanoparticules d’argent et de dioxyde de titane, qui pourraient s'avérer nocives pour les voies respiratoires.

Les autorités belges avaient commandé 15 millions de ces masques, qui sont produits en Asie, auprès de la société Avrox établie au Luxembourg. Ils étaient distribués gratuitement dans les pharmacies belges.

Les 3,5 millions de pièces toujours en stock ne seront plus distribuées et la population a été appelée à ne plus utiliser ces masques.

Les nanoparticules d’argent et de dioxyde de titane pourraient se libérer du tissu et une fois inhalées, se révéler nocives pour les voies respiratoires.