Pas de contrôle systématique ni de fermeture des frontières entre Moselle-Est, Sarre et Rhénanie Palatinat: la (bonne) nouvelle vient de tomber ce lundi.

Voilà une annonce qui devra s'accompagner d'un "ouf" de soulagement pour de nombreux frontaliers: il n'y aura ni contrôle systématique des voyageurs et autres frontaliers, ni fermeture des points de passage entre la Moselle et les territoires allemands voisins. L'annonce a été relayée par Jean Rottner, le président du Grand Est.

De plus, comme le rappelle le Républicain Lorrain, l'obligation de présenter un test PCR négatif pour les frontaliers est repoussée, frontaliers qui bénéficient donc toujours d'une dérogation de 24h pour se déplacer librement entre les deux pays.

En Allemagne, écoles primaires et garderies ont rouvert lundi, après deux mois de fermeture, dans une grande partie de l'Allemagne malgré la crainte d'une troisième vague épidémique provoquée par la diffusion du variant britannique.

Berlin, qui a déjà introduit des contrôles drastiques à ses frontières avec le Tyrol autrichien et la République tchèque, où les taux de variants sont élevés, doit discuter dans la semaine avec Paris de la situation en Moselle, département français limitrophe touché lui aussi de plein fouet par la pandémie. Une « task force » doit s’entretenir dès ce mardi pour définir le plan d'action pour maîtriser la situation dans l’espace frontalier.