Le but de l'interdiction belge des voyages non-essentiels n'est pas d'inquiéter les promeneurs et autres cyclotouristes qui franchiraient quelque peu la frontière, a précisé mardi la porte-parole de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden.

"Le but est de freiner la propagation du virus, pas les saines habitudes des gens", selon le cabinet Verlinden. L'interdiction des voyages effectués à des fins récréatives ou touristiques prévoit déjà exceptions pour les frontaliers, dont les déplacements liés à la vie quotidienne restent autorisés pour des activités qui sont également autorisées en Belgique, ou pour raison professionnelle.

Pour les promeneurs, joggeurs, cyclos et autres vététistes habitant dans une zone non-frontalière, et qui devraient donc être pourvus d'une déclaration sur l'honneur, "nous resterons humains". Leur balade pourra les conduire à franchir quelque peu la frontière.