La Belgique procède à un nouveau tour de vis dans la lutte contre le coronavirus et passe à un "confinement plus sévère", comme l'a indiqué le Premier ministre, vendredi.

"Il y aura 10.000 personnes dans nos hôpitaux à la mi-novembre dont plusieurs centaines sont soignés dans les services de soins intensifs. Il faut éviter que nos hôpitaux cèdent. Une seule manière: limiter nos contacts. Il faut rompre la courbe exponentielle radicalement", a déclaré Alexander De Croo.

Voici, par thème, les mesures annoncées ce vendredi par le Premier ministre. Elles sont d'application pour tout le pays.

CONTACTS SOCIAUX

  • On ne peut plus inviter qu'une seule personne, qui est aussi la seule personne de contact proche.
  • À l'extérieur, on peut encore voir 4 personnes avec maintien des distances.

MAGASINS

  • Fermeture des commerces non essentiels, sauf ceux qui font de la vente en ligne ou à distance avec retrait en magasin: ils peuvent continuer leur activité mais sans client dans le commerce.
  • Les magasins d'alimentation et supermarchés restent ouverts, les autorités invitent la population à ne pas faire de réserves.
  • Les restaurants et bars dans les hôtels doivent fermer: les repas devront être consommés dans les chambres.
  • Les métiers non médicaux de contact (coiffeurs, esthéticiens...) doivent cesser leurs activités.

ECOLES

Congés prolongés jusqu'au 15 novembre.

TÉLÉTRAVAIL

Le télétravail est obligatoire et les contrôles seront renforcés.

HÔTELS

Les restaurants et bars doivent fermer dans les hôtels.

PARCS DE VACANCES

Ils doivent fermer dès le 3 novembre. Jusqu'à cette date, les activités en intérieur doivent fermer.

DIVERS

  • Funérailles: limitation à 15 personnes, les réceptions qui suivent les funérailles sont interdites.

Ces mesures devraient entrer en vigueur dès lundi minuit (donc dans la nuit de dimanche à lundi) et être d'application jusqu'à la mi-décembre, à l'exception des commerces non-essentiels dont la situation sera réévaluée le 1er décembre.

À son arrivée au Comité de concertation, le commissaire Covid-19 du gouvernement fédéral, Pedro Facon, a fait comprendre que cette réunion devra déboucher sur "des mesures fortes". "Il est nécessaire de prendre des mesures fortes et cela doit se produire aujourd'hui", a-t-il déclaré, sans toutefois préciser le type de mesures à adopter.

Pedro Facon a mis en avant la "pression trop grande" qui s'exerce selon lui sur le système de santé en raison du rebond de la pandémie de Covid-19 et la courbe des contaminations qui ne fléchit pas.

Parmi les responsables politiques, seul le vice-Premier ministre Ecolo, Georges Gilkinet, s'est exprimé avant d'entrer au Palais d'Egmont où se tient la réunion. Il a lui aussi insisté sur l'urgence de la situation. "La situation est grave, tous les Belges doivent en être conscients. Les statistiques, les modèles épidémiologiques nous montrent une situation qui fait froid dans le dos. Notre responsabilité est de trouver des solutions. Ça a peut-être trop tardé, il faut y aller maintenant", a-t-il expliqué.