Un porte-parole de la chancellerie du land de Rhénanie-Palatinat a précisé lundi que les résidents luxembourgeois étaient soumis à la réglementation Covid prévue pour les personnes venant d'une zone classée à risque.

Depuis la semaine dernière, le Luxembourg est à nouveau considéré comme une zone à risque par l'Allemagne, ce qui implique des restrictions de déplacements dans ce pays. Interviewé par RTL, le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, avait déclaré samedi que ses services allaient tenter de trouver des accords particuliers. À ce jour, ses efforts n'ont pas été récompensés.

Si une personne, qui a passé plus de 72 heures au Grand-Duché, se rend en Rhénanie-Palatinat, elle doit se soumettre à une quarantaine et l'Administration locale de la santé doit être informée, ou alors, elle doit disposer d'un test de dépistage du Covid-19 négatif datant de moins de 48 heures. Cette règle devrait s'appliquer au moins jusqu'à la mi-octobre, selon les autorités locales.

Il y a cependant des exceptions:

  • pour les frontaliers,
  • pour les patients qui doivent se déplacer pour raison médicale
  • pour les étudiants qui doivent passer des examens.

Alors que la Belgique a également placé le Grand-Duché sur la liste des zones à risque, un résident luxembourgeois peut effectuer un déplacement dans le pays, à condition qu'il n'y reste pas plus de 48 heures. Une telle exception n'existe pas en Rhénanie-Palatinat.

La ministre-présidente Malu Dreyer (SPD) est toujours favorable à un assouplissement de la réglementation pour les résidents luxembourgeois.

Le reclassement du Luxembourg parmi les zones à risque représente aussi un nouveau défi pour le land de Sarre, selon son ministre-président, Tobias Hans (CDU). Non seulement de nombreux résidents de ce land travaillent au Grand-Duché, mais ils y ont aussi des parents ou des amis. Les mêmes règles qu'en Rhénanie-Palatinat s'imposent en Sarre. Le ministre-président a déclaré que les négociations se poursuivaient avec l'Etat fédéral et les "länder" afin de permettre un allègement des contraintes au niveau de la circulation frontalière.