Le ministre français de la Santé s'est exprimé ce jeudi pour faire le point sur la situation de l'épidémie, alors que 53 départements ont désormais dépassé le seuil d'alerte, dont trois dans le Grand Est.

Alors que le seuil d'alerte du taux d'incidence du virus est fixé à 50 cas positifs pour 100.000 habitants (sur 7 jours glissants, soit du 8 au 14 septembre dernier), Olivier Véran a annoncé ce jeudi après-midi que 53 départements avaient dépassé ce seuil, parmi lesquels trois départements du Grand Est:  la Meurthe-et-Moselle, le Bas-Rhin, et la Marne (les départements sont classés en vert si ce chiffre est inférieur à 10, en orange si il est compris entre 10 et 50, et en rouge au-delà).

Pour l'instant, le Grand Est a un taux d'incidence de 43,6 pour 100.000 habitants (41 la veille). La région se rapproche ainsi du seuil des 50 qui la ferait basculer dans le rouge. À noter que le 14 décembre, le taux d'incidence à l'échelon national était de 83,6 pour 100.000 habitants.

© RTL

UNE POSSIBLE FERMETURE DES BARS À MARSEILLE

La situation est particulièrement préoccupante dans certaines grandes agglomérations. Marseille affiche par exemple un taux d'incidence six fois supérieur au seuil d'alerte, Bordeaux ou Lyon quatre fois supérieur. Le ministre de la Santé a même évoqué des mesures plus radicales dans la ville phocéenne où une fermeture des bars pourrait être décidée si la situation ne s'améliore pas.

Olivier Véran a par ailleurs souligné que le mode de propagation du virus est différent de celui du printemps dernier. Il circule moins vite et les cas graves ne nécessitent plus forcément un passage des malades en service de réanimation. En revanche, le taux d'incidence est en hausse chez les 65 ans et plus, qui constituent la frange la plus fragile de la population face à la Covid-19. Olivier Véran a recommandé aux familles des prendre énormément de précautions.

1.200.000 TESTS RÉALISES EN UNE SEULE SEMAINE

Le ministre s'est félicité de la politique de tests désormais en place. Olivier Véran a évoqué 1.200.000 tests réalisés en une semaine, ce qui fait de la France "l'un des pays où l'on teste le plus". Cela dit, les laboratoires des grandes agglomérations sont submergés par les demandes de tests. La priorité est donnée aux personnes avec ordonnance.

LES ENFANTS PEU À RISQUES

D'après un rapport du Haut Conseil de la Santé Publique, les enfants sont moins à risques et peu actifs dans la transmission du virus, a précisé Olivier Véran. Un enfant testé positif doit rester sept jours chez lui, mais les autres enfants de la classe peuvent continuer normalement leur scolarité.