En Belgique, Sonja et Jacques ont passé 2 ans à préparer leur mariage. Hélas, ils ont reçu une mauvaise nouvelle dure à encaisser.

Depuis plusieurs mois, les décisions prises par le gouvernement pour faire face à l'épidémie de Covid-19 mettent en péril le projet que Sonja et Jacques préparent depuis deux ans : leur mariage, prévu le 8 août 2020. Il y une dizaine de jours, le couple espérait encore pouvoir recevoir l'ensemble de leurs invités, près de 70 personnes, à cette date. Les mesures annoncées le 23 juillet ont été une première déconvenue dure à encaisser. "Je suis vraiment très, très déçue, triste et en colère", nous écrivait alors Sonja. Quatre jours plus tard, les nouvelles restrictions étaient un nouveau coup de massue pour le couple. Ils ont dû remettre leur mariage à plus tard, non sans une certaine amertume.

Le 8/8/2020, une date symbolique pour Sonja et Jacques

Sonja, 52 ans, et Jacques, 57 ans, sont en couple depuis 8 ans. Elle est professeure de piano, lui travaille pour une société de transport et de distribution. Ils vivent à Aiseau-Presles (province de Hainaut). Il y a deux ans, le couple a décidé de se marier. Le grand jour a été choisi avec attention : le 8 août 2020, soit le 8/8/2020, un "symbole" à leurs yeux. "Le 8, c’est le signe de l’infini à l’envers", explique Sonja. "Tout était focalisé là-dessus depuis si longtemps. Tout a été marqué à cette date", ajoute-t-elle. Les alliances, notamment.

"On va croire en notre bonne étoile"

Au mois de mars dernier, dans l'incertitude du confinement et de sa durée, de nombreux couples ont décidé d'annuler ou de reporter leur fête de mariage à l'année prochaine. Sonja et Jacques ont gardé leur date. "On s’est dit on va attendre, on va croire en notre bonne étoile", raconte Sonja. Par phase, le gouvernement a assoupli les mesures, notamment concernant les cérémonies. À partir du 18 mai, 30 personnes pouvaient être accueillies pour assister aux cérémonies. Puis 50 personnes à partir du 1er juillet. Toujours insuffisant pour Sonja et Jacques.

Mi-juin, le couple a été contacté par l'équipe de production de 4 mariages pour 1 lune de miel via la messagerie de Facebook. "On s’est dit ‘c’est une super aventure. On trouvait ça cool", confie Sonja. Pour Jacques, cela apportait une touche d'originalité à l'événement. Mi-juillet, le couple est parti à Paris pour le tournage du premier mariage de l'émission.

L'assouplissement tant attendu n'a pas eu lieu

La phase 5 du déconfinement était attendue pour le jeudi 23 juillet. Elle prévoyait un maximum de 100 personnes pour les mariages. Comme l'épidémie de coronavirus regagnait du terrain en Belgique, Sophie Wilmès a décidé de ne pas l'activer. Une douche froide pour Sonja et Jacques. "C’est la déconfiture totale. Il y a énormément de choses qui sont mises en place pour un mariage, plein d’éléments à coordonner", déplore Sonja.

Vindicatif, Jacques espérait obtenir une dérogation. Sonja a écrit un courrier à l'attention du gouverneur de la province de Namur : "Comment dire d'une manière décente et humaine à certains invités qu'on doit les exclure ?", interroge-t-elle notamment. "Nous avons 200 masques à disposition et des flacons de gel hydroalcoolique répartis dans les divers points stratégiques de notre lieu de réception. Le lieu de notre cérémonie est très grand et aéré", fait-elle valoir.

En colère, Jacques souligne qu'il respecte toutes les consignes depuis le début de la crise du coronavirus. A plusieurs reprises, il a constaté des comportements irresponsables chez ses concitoyens et se sent victime d'une injustice : "Je ne veux pas être puni pour la désinvolture de gens qui n’en ont rien à cirer. Je suis révolté et ma soirée de mariage, je vais la faire comme je l’entends", tonnait-il encore le 24 juillet. Son mariage, "nickel", etait organisé comme du "papier musique", disait-il.

Des réceptions à pas plus de 10: une décision difficile, mais nécessaire pour Sophie Wilmès

Très vite, un nouveau Conseil national de sécurité est annoncé. Le lundi 27, Sonja est devant la télévision pour suivre la conférence de presse de Sophie Wilmès. La Première ministre égrène ses mesures. Vient le coup fatidique porté au projet de Sonja et Jacques: les réceptions et les banquets, notamment les mariages, sont désormais limités à 10 personnes.

"C'est une décision très ardue, très difficile pour nous tous, extrêmement pénible car nous entrons directement dans la sphère individuelle", commente Sophie Wilmès. "Pour les mariages, c’est dommageable. Mais c’est un message ultra clair des virologues qui disent que nous devons absolument intervenir à ce niveau-là. Nous avons constaté que des groupes de contaminations ou clusters provenaient de ces moments de fêtes, il fallait intervenir."

"J'ai éclaté en sanglots parce que ce sont des moments de notre vie qui sont importants dans lesquels on se projette beaucoup", confie Sonja. "J'ai eu l'impression d'être privée de liberté, de vivre dans un état un peu totalitaire, injuste. J'ai eu la sensation qu'on nous a volé quelque chose, que tout s'écroule, parce qu'on focalise toute son attention sur cet événement-là", poursuit-elle. De son côté, Jacques juge l'idée d'un mariage à 10 personnes "ridicule" et aimerait autant "qu'ils disent qu'on ne se marie plus".

Sonné, le couple essaye de relativiser sa déception

Après cette annonce, Sonja et Jacques sont restés abasourdis un temps, puis ils ont réévalué la situation. Leur fête était annulée de facto : "On doit obéir, on ne va pas risquer d'avoir des amendes, on est des citoyens qui avons toujours respectés les règles", dit Sonja. Le couple a décidé de conserver la date du 8 août pour son mariage civil. Le mariage à l'église et la fête auront lieu soit le 19 septembre, soit le 24 octobre, les deux dates possibles pour le prêtre, la salle et le traiteur. Sonja et Jacques peuvent heureusement compter sur des prestataires "très conciliants".

L'équipe de production de 4 mariages pour 1 lune de miel a accepté d'attendre leur mariage, quelque soit la date jusque fin 2020. Mais les caméras de l'émission sont secondaires pour le couple qui a décidé de se recentrer sur l'essentiel : "On est bien ensemble, on s'aime, on se marie", résume Sonja. "Tant qu'on est en vie et en bonne santé... On se dit qu'il y a plus grave que soi".