Cela fait plusieurs jours que le nombre de contaminations augmente en Belgique. D'où cette question: Où en sont les opérations de testing et tracing?

En Wallonie, le nombre de tests est stable. On constate toutefois une légère augmentation au niveau des appels passés aux citoyens.

C’était une des solutions pour éviter la propagation du virus : 2000 personnes ont été recrutées pour appeler les patients positifs et leurs contacts proches. La Wallonie prévoyait un budget de 40 millions d’euros d’ici la fin de l’année dans ces call-centers. Plus de deux mois plus tard, où en est-on ?

"Les données doivent venir de Sciensano vers les call-centers où le traçage manuel est fait. De là, nous devons contacter les gens. Parfois, ça prendre 4 jours et pour nous, c’est trop long. Le problème, c’est le temps entre le testing et le moment où on peut téléphoner qui doit être raccourci", explique Karine Moykens, la présidente du comité interfédéral testing et tracing.

Près de 6.000 Wallons infectés ont été contactés. Des appels ayant entraîné 716 visites à domicile par des agents sanitaires. L’augmentation du nombre de cas ces 7 derniers jours a inévitablement entraîné une augmentation du nombre d’appel.

Une autre solution, celle du testing. Depuis début mars, près d’un million de tests ont été réalisés en Belgique, dont 110.000 dans les maisons de repos ou les résidences spécialisées. Est-ce suffisant pour éviter une 2e vague ? "On ne teste pas encore suffisamment de personnes, mais on a aussi un éventail beaucoup plus large de tests disponible que ce que l’on avait au début de la pandémie. Les scientifiques ont fait énormément de progrès et ces tests sont sur le marché maintenant", indique Jean-Luc Gala, professeur à la faculté de médecine UCLouvain.

74 cas de covid ont été recensés ces dernières heures. Près de 63.000 ont été déjà contaminés.