L'ouverture des frontières intérieures de l'Europe approche et avec elle, l'éventualité de partir en vacances.

A partir de ce lundi, le 15 juin, les 27 pays de l'Union européenne ainsi que les 4 pays supplémentaires dans l’espace Schengen (Suisse, Liechtenstein, Islande, Norvège), mais aussi le Royaume-Uni, rouvriront officiellement leurs frontières entre eux. Il sera possible de circuler librement entre ces pays... moyennant toutefois quelques conditions. C’est là toute la subtilité.

Le ministre des Affaires étrangères doit s’entretenir ce matin dès 9h avec les ambassadeurs en poste à Bruxelles.

"Vérifier les conditions d'accès"

En Autriche, par exemple, il faudra présenter un certificat prouvant qu’on n’a pas le Covid. Les autorités autrichiennes conservent ces règles strictes après les 15 juin.

A Chypre, toute complication pour les Belges est théoriquement levée.

Concernant l'Italie... Il est possible d’y aller librement - sauf en Sardaigne, dans les Pouilles ou encore en Toscane, où il faudra remplir un document à l’entrée sur le territoire.

Concernant la France, destination préférée des Belges, le ministre français du Tourisme se rendra à la frontière ce lundi "sans doute pour annoncer une bonne nouvelle, sans doute une ouverture totale, mais de nouveau, je suis prudent", déclare Philippe Goffin.

Aller sur le site des Affaires étrangères

Concrètement, un conseil : se rendre sur le

, où toutes les informations sont détaillées, pays par pays. Exemple pour l’Espagne : "Jusqu’au 1er juillet au plus tard, une quarantaine de 14 jours au domicile ou à l’hôtel est imposée aux voyageurs qui se rendent exceptionnellement en Espagne. Ils ont la possibilité d’effectuer des déplacements essentiels (faire les courses, aller à la pharmacie, ...) en portant le masque", détaille le site.

Tout le monde bienvenu chez nous

Philippe Goffin précise qu’il n’y a aura pas de règle de réciprocité... contrairement à d’autres pays, tout le monde sera bienvenu chez nous.

Par contre, pour les pays en-dehors de cette "grande Europe", il est encore "beaucoup trop tôt" pour se prononcer. "Vous pouvez avoir des personnes qui viennent du continent sud-américain", où le virus circule encore activement.

Philippe Goffin plaide donc pour une "véritable logique" européenne concertée. Des précisions devraient être apportées d’ici le 1er juillet, date à laquelle la commission européenne demande que les frontières européennes rouvrent.

Voir l'interview dans son intégralité: