Un Luxembourgeois qui s'était fait dérober son vélo électrique a pu remonter sa piste grâce à une balise. Le vélo, mais aussi d'autres "surprises", se trouvaient dans une camionnette stationnée à Thil, en France.

Avec des vélos électriques de plus en plus coûteux, le vol de deux roues devient une affaire lucrative pour les malfrats. Mais ils courent aussi le risque que la technologie se retourne contre eux!

La semaine dernière, un cycliste luxembourgeois s'est fait dérober son vélo électrique, rapporte le Républicain Lorrain.  Un vélo qui valait certainement plus de 2.000 euros, et qui disposait d'une balise. Grâce à ce système de géolocalisation, le cycliste a pu remonter jusqu'à une camionnette stationnée à Thil, une commune frontalière en France.

Le Luxembourgeois a alors prévenu la police de Mont-Saint-Martin, qui a établi une surveillance discrète près du véhicule dans la nuit de jeudi à vendredi. Entre 1h et 2h, bingo, deux hommes s'approchent de la camionnette, un Villeruptien de 46 ans ainsi qu'un autre individu qui sera rapidement mis hors de cause.

"TOUT TROUVÉ SUR LA VOIE PUBLIQUE"

Pour le Villeruptien par contre, les affaires se corsent, car dans la camionnette, les policiers ne trouvent pas seulement le vélo volé du Luxembourgeois, mais aussi deux autres vélos électriques, ainsi que de la drogue: "830 grammes d’herbe de cannabis, 458 g d’héroïne, 69 g de résine de cannabis, 40 g de cocaïne et 4 400 € en liquide" rapporte encore le Républicain Lorrain.

Le Villeruptien ne s'est pas démonté et a affirmé avoir "tout trouvé sur la voie publique, en dehors de l'argent", tandis que la drogue était destinée à sa consommation personnelle.

Placé en détention provisoire, le quadragénaire devrait répondre ce jeudi de recels de vols et de trafic de stupéfiants.