Dans le hall de la Gare du Midi, il y a ceux qui ont déjà pris leur disposition avec le port du masque et ceux qui s'interrogent encore sur l'obligation d'en porter.

Et pourtant dès lundi, les voyageurs n'auront plus le choix: il faudra le porter avant même de rentrer dans toutes les gares du pays, sous peine de recevoir une amende de 250 euros.

"Il y aura des contrôles réguliers de la part de la police qui est vraiment responsable en première instance des contrôles mais nous aurons aussi nos agents securails qui seront déployés un maximum", a précisé Elisa Roux, porte-parole de la SNCB, au micro de nos journalistes Emmanuel Dupond et Gaëtan Lillon.

Masque obligatoire sur les quais et dans les trains. Et pour ceux qui n'en possèdent pas, le port d'un foulard ou d'un bandana est autorisé.

Des masques pourraient être vendus dans des distributeurs ou dans certaines librairies, mais pas avant la semaine prochaine.

L'accès aux guichets sera limité. A bord, tous les sièges seront disponibles.

"Nous n'allons pas faire de marquage sur les sièges, on compte vraiment sur le civisme. Respecter les distances sociales, c'est une question de responsabilité collective", a encore indiqué a précisé Elisa Roux.

Aujourd'hui, le taux de remplissage des trains s'élève à peine à 5 %, selon la SNCB qui dit ne pas s'attendre à un afflux massif de voyageurs dès demain/lundi. Il n'empêche, le trafic ferroviaire reprendra quasiment dans son entièreté.