Le cortège sera suivi de près par les autorités ce week-end.

Le Carnaval d'Alost aura lieu ce dimanche. Un monument folklorique de la région, mais aussi à l'international, avec la reconnaissance comme patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Unesco. Une liste dont l'événement a été rayé il y a quelques mois après l'apparition de chars à connotation racistes et antisémites.

Des chars qui n'ont plus leur place, en théorie, dans le défilé. Mais ils pourraient bien être de la partie ce dimanche, alors que le Bourgmestre d'Alost refuse de soumettre à ce qu'il considère comme de la censure. Un problème selon Patrick Charlier, le directeur d'Unia, qui lutte contre le racisme et les discriminations en Belgique. "Le Bourgmestre a eu par trois fois l'occasion de participer à des rencontres, à des dialogues, notamment avec la communauté juive. Il n'est jamais venu", affirme-t-il. "C'est un peu dommage, parce qu'au lieu d'entendre, de comprendre, d'expliquer, il a préféré une forme de fuite en avant".

Les chars antisémites de ces dernières années ont fait exploser la polémique. Des caricatures représentants des juifs, assis sur des sacs d'or avec un rat sur l'épaule, ont notamment déambulé dans la ville. Selon Patrick Charlier, cela n'est pas acceptable, d'autant que l'événement s'en prend à d'autres communautés. "Les Musulmans sont assimilés à des terroristes et les migrants à des profiteurs", explique par exemple le directeur d'Unia.

Quoi qu'il en soit, l'événement aura bien lieu ce dimanche. Le défilé sera suivi de près afin de voir si des décisions ont été prises pour éviter de voir circuler des chars offensants.