Témoignage de l'une des 1.000 victimes d'une bande d'escrocs aux voitures d'occasion qui a sévit en Belgique.

Philippe, c'est un nom d'emprunt, était propriétaire à l'époque des faits d'une Porsche 993 4S, le rêve d'une vie, nous dit-il. "Quand je revois les photos j'ai mal au cœur", lance-t-il en nous montrant ses archives.

En avril 2017, notre témoin la met en vente sur un site spécialisé. Trois personnes se montrent très intéressées. "Ces personnes étaient habillées… plutôt avec des costumes trois pièces, lunettes de soleil, bagues en or, chaîne en or. Ils sont arrivés en Porsche. Donc je ne me suis pas méfié", nous explique Philippe.

La vente tourne au cauchemar

Cinq minutes plus tard, les protagonistes se mettent d'accord sur le montant de la transaction: 75.000 euros, dont un acompte de 25.000 en liquide. Peut-être des faux billets? Philippe s'est vite rendu à la banque. "Il n'y avait aucun faux billet. Lorsqu'on est passé à la suite pour la signature du contrat, c'est là qu'on m'a dit: écoutez, dans le contrat de vente au lieu d'indiquer 75.000 on va simplement indiquer 25.000 euros", nous confie Philippe.

Mais notre témoin refuse. Face à sa réaction, les acheteurs se montrent menaçants. "C'est à ce moment-là qu'on m'a expliqué: écoutez, nous on sait où vous habitez, on sait où votre père habite… Là j'ai quand même pris peur. Et puis il y en a un qui a écarté un pan de son blaser, et moi j'ai vu une crosse de revolver. Alors là j'ai signé leur papier, j'ai fait ce qu'ils me demandaient", explique Philippe.

Les malfrats repartent alors avec la Porsche de collection. "Sur le moment même j'en ai pleuré, de peur, de rage… d'avoir été aussi stupide", commente le témoin.

42 malfrats aux profils très divers

Quelques semaines plus tard, Philippe retrouve sa voiture proposée à près de 95.000 euros par un garage allemand. Il ne parviendra pas à éviter la revente.

Au final, il est l'une des mille victimes de l'association criminelle qui rassemble des gens du voyage, des policiers, des fonctionnaires et un notaire: 42 personnes qui seront jugées dans les prochains mois.