Les arbres en bord de route, amis ou ennemis des automobilistes? Le débat revient souvent au Luxembourg après un énième accident, souvent spectaculaire. La preuve en une image.

Les arbres en bord de route sont censés dissuader les automobilistes d'appuyer sur le champignon. Hélas, en cas de choc frontal, ils se transforment en tueurs en série impitoyables...

La raison est évidente: les obstacles verticaux comme les arbres offrent souvent une résistance élevée aux chocs. Les véhicules qui les heurtent vont donc subir une violente déformation, souvent graves pour leurs occupants.

La Gendarmerie des Vosges vient de publier une illustration (simpliste, certes, car elle ne prend pas en compte le type de véhicule, l'angle d'impact, etc.), qui résume bien le problème:

LA VITESSE, ENNEMI PUBLIC NUMÉRO UN

Autre principe élémentaire, la vitesse démultiplie des dommages provoqués en cas de choc avec un arbre. Quelques chiffres:

À 50km/h, un enfant de 20 kg non maintenu par une ceinture de sécurité se transforme en un "projectile" d’une demi-tonne.

À 90 km/h, une personne adulte occupant ce véhicule peut développer une force de plus de 3 tonnes.

Rappelons aussi que le risque d’être gravement blessé ou tué lors d’un impact double entre 50 et 70 km/h et quadruple entre 70 et 90 km/h.

Enfin, voici une autre infographie qui montre qu'entre un impact à 50 km/h et à 90 km/h, la violence d'impact passe d'une chute d'un édifice de 3 étages à celle d'un édifice à 12 étages.

© Direction des transports terrestres