Des tonnes de déchets ont été découvertes à Hussigny-Godbrange, sur un terrain privé. Certains déchets d'origine belge datent des années 70! Un collectif citoyen pousse un coup de gueule.

Audun-le-Tiche, Villerupt, Rédange, et maintenant Hussigny-Godbrange: les décharges sauvages se multiplient chez nos voisins français. Aux simples particuliers et artisans pollueurs s'ajoutent de plus en plus des sociétés qui n'hésitent pas à franchir la frontière. À tel point que les douaniers parlent désormais d'une contrebande de déchets, avec des sociétés étrangères (notamment belges et luxembourgeoises) qui font preuve d'une organisation quasi "mafieuse".

Ce mercredi, le collectif citoyen "J'aime ma forêt" a donc pointé une nouvelle décharge, entre Hussigny-Godbrange et Thil.

UNE FACTURE DATANT DE... 1976!

Un de nos mobiles reporters nous a envoyé des photos de cette décharge, qui a la particularité de se trouver sur un terrain privé. On y voit d'imposants tas de déchets, principalement de construction, qui ont été compressés et entassés sur plusieurs dizaines de mètres. On aperçoit aussi des factures qui remontent à 1976. Plusieurs adresses et noms de société laissent deviner une origine belge. Certaines adresses ne viennent pas de la porte à côté. Par exemple, la commune de Dessel (près d'Anvers) se trouve à plus de 200 km à vol d'oiseau d'Hussigny!

© Mobile Reporter

"Nous avons été alertés à propos d'un dépôt sauvage à Hussigny et nous nous sommes rendus sur place" nous explique un membre du collectif "J'aime ma forêt". Le dépôt d'ordure serait là depuis fin 2019. Il faut noter que l'accès est bloqué par un portail cadenassé.

"À droite, on trouve une montagne de pneus, et à gauche se dresse un mur de déchets. Des tonnes d’ordures industrielles provenant très certainement de la même organisation (criminelle) de pollueurs qui sévit sur Hayange et Rédange..." nous écrit-il. Il précise que son collectif a appelé la mairie d'Hussigny, "qui est au courant et qui a porté plainte". Nous avons essayé de contacter le maire ce mercredi, sans succès.

"UNE GRAVE POLLUTION SANITAIRE"

Il livre ses impressions: "C’est vraiment dégueulasse. Des tonnes de déchets en train de pourrir en plein milieu d'une belle nature verte, avec des champs à quelques pas. Sur des centaines de mètres de terrain damé, nous avons observé des gravats divers dont certains à base d'amiante. Mais également des tonnes de déchets ménagers, industriels. C’est inadmissible que des pollueurs aient accès à notre nature et qu’ils puissent agir dans l’impunité. C’est une grave pollution sanitaire. Les bactéries, les éléments polluants finissent dans le sol, l’air et même dans les nappes phréatiques."

Et de conclure: "Il faut que le préfet fasse nettoyer tout ça. On ne peut plus faire l’autruche avec la tête dans les déchets. Il faut agir. Maintenant."