Audun-le-Tiche, Villerupt, Rédange... Pas une semaine ne passe sans la découverte d'une nouvelle décharge sauvage. La faute notamment à un trafic de déchets sans frontières.

En plus du tabac, de la drogue, ou des vêtements contrefaits, les douaniers lorrains doivent désormais faire face à une nouvelle forme de contrebande: celle des déchets.

"C'est une véritable explosion", résume ainsi l'inspecteur principal des Douanes à la division Lorraine Nord, cité dans un reportage réalisé par France 3"En 2017, nous avions effectué 11 constatations pour un total de 7 tonnes d'ordures. En 2018, 42 infractions relevées pour 135 tonnes. Et 2019 confirme la tendance", livre-t-il.

Rappelons que les ordures sont une "marchandise" qui peut tout à fait circuler en Europe, mais à une condition: être en règle, et rejoindre un centre de traitement adéquat. Problème : dans de nombreux pays voisins, ce traitement coûte cher, et motive des individus peu scrupuleux à préférer la décharge sauvage. Malheureusement, la Lorraine, avec ses nombreuses friches et terrains vagues, est une destination de choix.

UN TRAFIC "MAFIEUX" DE DÉCHETS

"Cela commence par le particulier belge ou luxembourgeois qui traverse la frontière avec ses sacs poubelle, pour échapper à la redevance au poids, et s'en débarrasse dans le fossé" écrit France 3, qui pointe aussi tous les artisans qui s'évitent ainsi de payer la déchetterie.

"Mais parfois le trafic prend des formes industrielles, avec une organisation digne de la Mafia." Comme nous l'écrivions récemment, à Rédange (Moselle), plus de 200 tonnes d'ordures ont été entassées dans une ancienne carrière. Le nom d'une société belge a été retrouvée dans les ordures.

Déchets redange
Images: Domingos Oliveira

France 3 cite aussi l'exemple d'Haucourt-Moulaines, près de Longwy, où 500 tonnes de déchets ont été déversées sur un ancien crassier. L'enquête, précise France 3, aurait permis de remonter jusqu'au donneur d'ordre, Mondial Services, une société logistique belge.

ILS CASSENT LES CADENAS

Parfois, les pollueurs se font prendre la main dans le sac. C'est le cas à Hayange, le 16 décembre dernier, quand des policiers municipaux sont tombés sur un camion embourbé dans une friche industrielle, qui venait de déverser 80 tonnes de déchets. Là encore, Mondial Services est cité, mais aussi Snoeys Recyclage,  une société près d'Anvers qui garantit à ses clients un service "rapide et correct" pour le traitement de leurs déchets...

France 3 cite également l'exemple d'entreprises qui s'approprient des sites abandonnés en cassant des cadenas, ou en usurpant des identités pour produire un "bon de livraison" en cas de contrôle.

Face à ce problème, les élus locaux sont souvent débordés. Des collectifs citoyens se forment pour dénoncer les pollueurs, qui jusqu'ici sont peu inquiétés. Encore la semaine dernière, nous rapportions deux nouveaux exemples de décharges sauvages à la frontière...