Autrefois partie intégrante du Duché de Luxembourg, chef-lieu de la Province de Luxembourg désormais belge, Arlon entretient des liens étroits avec son voisin. Arlonaises et Arlonais nous ont donné leur sentiment sur le Grand-Duché.

Avec ses 7.600 actifs travaillant au Luxembourg, la commune d'Arlon peut être considérée comme une banlieue du moteur économique de la Grande Région. La ville wallonne, l'une des plus anciennes de Belgique, vient de dépasser la barre des 30.000 habitants. Les frontaliers représentent donc une partie significative de la population active.

Le Luxembourg a d'autres raisons d'être perçu avec bienveillance du côté de l'église Saint-Donat dont le carillon joue chaque heure du jour la célèbre chanson locale À Arlon sur la Knippchen composée par un certain Mathias Schou, musicien itinérant né en 1747 à Grevenmacher. En effet, Arlon, au même titre que les autres communes de la Province de Luxembourg dans lesquelles résident des travailleurs frontaliers, perçoit une partie de la rétrocession fiscale accordée par le Grand-Duché. Soit quelques-uns des 30 millions d'euros versés chaque année par le Luxembourg à l’État belge dans le cadre d'un accord de compensation fiscale pour aider les communes où habitent des frontaliers.

Mais les Luxembourgeois ne sont pas simplement appréciés pour des raisons fiscales. Lorsqu'on arpente les rues d'Arlon et qu'on questionne les citoyens, ils se félicitent de cette proximité avec le Grand-Duché. La patronne du Café Suisse n'hésite pas à affirmer que la clientèle luxembourgeoise, présente en masse chaque jeudi à Arlon, jour de marché, a sauvé son établissement. Betty Schrader apprécie ces clients aux "beaux manteaux" et le fait qu'ils portent, "pour les trois quarts, la cravate!".

Les plus anciens des Arlonais se sentent d'ailleurs un peu luxembourgeois, et la plupart d'entre eux parlent le "platt", patois très proche de la langue du Grand-Duc. De là à revenir à la période antérieure au Traité de Londres, lorsqu'en 1839 le Duché de Luxembourg s'est vu amputé de la Province de Luxembourg qui est revenue à la Belgique, cela paraît difficile aujourd'hui. Mais Betty nous confie que "maintenant, tout le monde le regrette".

Les plus luxembourgeois des Belges s'expriment sans langue de bois – et parfois en langue luxembourgeoise –, dans notre vidéo.