Une ancienne assistante maternelle a été condamnée vendredi à Metz à huit années de prison pour la mort d'un bébé de six mois qu'elle gardait et qu'elle a reconnu avoir secoué.

La cour d'assises de la Moselle a condamné la femme de 28 ans, sans antécédent judiciaire, à une peine de huit années de prison pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner, avec une interdiction définitive d'exercer la profession d'assistante maternelle. Le parquet avait requis douze ans de réclusion.

Début mars 2017, peu avant 20h, la petite fille de six mois dont elle avait la garde est prise en charge inconsciente par les secours, appelés par l'assistante maternelle. Elle décédera quelques jours plus tard, alors que les médecins avaient rapidement diagnostiqué le syndrome du bébé secoué.

"Elle a reconnu (les faits), mais a toujours du mal à admettre que la secousse ait été vraiment violente et qu'elle ait pu être à l'origine" du décès, a rapporté à l'AFP Me Nadège Nehlig, avocate des parents de l'enfant, qui ne se sont pas exprimés pendant les deux jours du procès.

"Rien ne pourra un jour diminuer la douleur de la perte de leur petite", a ajouté l'avocate.

L'accusée "a pris la parole immédiatement au début du procès jeudi et a dit reconnaître à 100% avoir tué" l'enfant, a rapporté son avocat Me Thomas Kremser, évoquant "un moment de tension ultime, d'exaspération" de sa cliente qui était agréé depuis 2013 pour garder des enfants à son domicile.

Aucun appel du verdict n'est envisagé, a indiqué Me Kremser. L'association "La Voix de l'enfant" était également partie civile.