Le récent démantèlement d'un réseau de cambrioleurs albanais qui opérait en Lorraine fait vaciller cette "mafia du vol", rapportent différents médias.

En 2017, "3 000 ressortissants albanais sont arrivés à Metz. Les écoutes policières prouvent que la Moselle est perçue comme une terre bienveillante par la mafia qui les fait venir" écrivait à l'époque le Républicain Lorrain. Le quotidien citait alors un policier spécialisé qui confirmait: "Dans les Balkans, tout le monde connaît Metz."

Une réputation "bienveillante" qui risque de changer. Le récent coup de filet contre plusieurs cambrioleurs et leurs complices en Moselle constitue un "signal fort", selon les autorités judiciaires.

En effet, rapporte aujourd'hui l'Est Républicain, "les enquêteurs et les autorités judiciaires ont mis fin aux agissements d’un clan familial du secteur thionvillois, utilisé comme point d’appui par ces groupes venant de l’étranger." Selon le colonel Gérard Cligny, patron de la Section de recherche de Metz cité par le quotidien, les membres de ce clan "profitaient de véhicules et de logements mis à disposition pour commettre leurs méfaits".

"UNE DÉLINQUANCE MOBILE"

Le quotidien cite également le procureur de Nancy, François Perain, qui se réjouit que cette mafia ne peut plus s'abriter derrière les frontières albanaises: "Auparavant, il suffisait qu’ils partent en Albanie pour être tranquilles. C’est fini" assure-t-il.

"On lutte contre une délinquance mobile. L'Europe est confrontée à la structuration de ces groupes criminels" qui prolifèrent, ajoute Bernard Thibaud, patron de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante, cité par L'Est Républicain.

L'Albanie, candidate à l'entrée dans l'Union Européenne, aurait en effet fourni une aide précieuse en utilisant des unités spécialisées dans la traque de ressortissants commettant ce genre d'exactions sur le sol européen. Les albanais capturés seront d'ailleurs jugés dans leur propre pays.