C’est une scène très impressionnante à laquelle les automobilistes du ring d’Anvers ont assisté samedi après-midi.

Des motos lancées à pleine vitesse, sur leurs roues arrière. Ou encore des motards debout sur leur véhicule.

L’événement était pourtant encadré par la police, mais le cortège a vite dégénéré, avec des infractions en nombres, comme le relève Benoît Godart, porte-parole de l'Institut Vias. "L'absence de plaque d'immatriculation pour beaucoup, l'absence de casque, l'absence d'équipements obligatoires, le franchissement de lignes blanches".

Au cœur du cortège, des dizaines de wheelings. Une figure où seule la roue arrière de la moto touche encore le sol. Le mouvement est spectaculaire, mais pas vraiment légal sur la voie publique. "Il n'y a pas un article du code de la route qui dit que vous ne pouvez pas faire un wheeling sur la route. Il y a simplement des articles généraux qui disent que vous en pouvez ps mettre les autres usagers en danger, ni les gêner, et que vous devez à tout moment pouvoir effectuer des manoeuvres qui vous incombent, et garder le contrôle de votre véhicule", ajoute Benoît Godart.

Pour les cascades, les motards devront donc se contenter de circuits privés. Sur la voie publique, ils risquent amendes et retrait de permis.

Pour les événements de samedi, une cinquantaine de personnes ont déjà été sanctionnées