L'institut des droits humains, c'est un garant de l'application de ces droits fondamentaux. Une quinzaine de centres existent déjà à l'heure actuelle, mais ils s'appliquent seulement à une partie des droits de l'homme.

Unia, par exemple, le centre interfédéral pour l'égalité des chances, veille à la lutte contre le racisme et les discriminations.

Mais aujourd'hui, certaine droits fondamentaux ne sont pas suffisamment protégés, comme la liberté d'expression ou de réunion et d'association. L'institut des droits humains doit pallier ce manque.

Cette nouvelle agence devrait également devenir un partenaire privilégié pour l'état en matière de droits de l'homme, mais aussi pour les instances internationales.

26 ans après qu'il ait été réclamé à la conférence mondiale de Vienne sur les droits de l'homme, une première étape a donc été franchie pour la création de cet institut. Il devrait être voté définitivement à la fin du mois d'avril.